..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les petits complots font les grandes affaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guillen Diaz Marquez

*
avatar

Masculin
Messages : 135
Localisation : Tortuga
Humeur : Joviale

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Les petits complots font les grandes affaires   Ven 26 Aoû - 23:21

C'est une belle matinée et le marchand s'avance d'un pas dansant entre les pêcheurs et marins qui s'affairent sur les quais, le visage animée d'une mélodie joyeuse, cherchant à reconnaître du bout des yeux quelque silhouette.
Il connait quelques uns de ces arpenteurs de port, parmi les habitués de la taverne ou de l'épicerie, mais la plupart de cette populace dissolue ne figure pas en tête de ses fréquentations préférées. Sûr, les pirates et compagnie ont la gâchette un peu trop facile pour un innocent petit vendeur d'épices.

Ceci dit, quelques uns dont leurs supérieurs sont un peu plus civilisés, et c'est justement cette race-là dont le sieur Diaz Marquez est parti en quête, laissant la boutique à son père, afin de parler affaires...

Il s'arrête quelques instants pour bavarder avec une connaissance, qui lui indique la direction à suivre : quelques navires plus tard voilà le Prince des Tempêtes qui s'offre à lui, sagement à quai, ne laissant rien présager de ses fureurs dévastatrices. Guillen a déjà eu la chanc... l'occasion de faire un tour sur cet engin diabolique, et, pour ainsi dire, il est en bons termes avec la Capitaine, une jeune et charmante furie qui dirige son petit monde à la baguette. Bien trop téméraire pour tenter quelque approche que ce soit -non et puis c'est une pirate, hein, faut pas pousser mémé dans les orties.
Cependant son âpreté au négoce et son honnêteté en font d'elle une collaboratrice estimée, et qui plus est, relativement digne de confiance. Pour un pirate.

La princesse du vaisseau sera-t-elle en son château par cette chaude matinée ensoleillée ? Le château en question est calme, les hommes doivent être en permission. Il en reste un en train de trafiquer on-ne-sait-pas-trop-quoi dans un coin au milieu des cordages (un épicier, ça ne sait pas très bien comment tout cela fonctionne).
Le marchand tente de s'inviter sur la passerelle, se justifant auprès des rares princiers qui surveillent sa présence en ces termes “je suis venu voir le Capitaine, faites comme si j'étais pas là, pom pom pom !”

Mais il change d'avis après une apostrophe désobligeante. Il n'ose pas s'aventurer sur le vaisseau, ses hôtes pourraient prendre cela comme une marque d'irrespect et décider se balancer par dessus bord cet inopportun -ils sont tellement susceptibles.

- Mam'zelle Lewiiis ! Youhouuu Capitaine ! Lance-t-il d'un air dégagé depuis le quai, dans l'espoir qu'un vent bienfaisant le porte aux oreilles de la brunette. Ou alors, un pirate dévoué. Tant qu'à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarlett C. Lewis

☼
avatar

Féminin
Messages : 1828
Localisation : A la proue de mon navire !
Humeur : Massacrante

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Les petits complots font les grandes affaires   Jeu 22 Sep - 9:09

    Floc. Floc. Floc.

    Cette liqueur infâme et tentatrice s'agite paresseusement au gré des oscillations non moins endormies du Prince à quai. Scarlett a la migraine. Maudite bouteille qu'elle n'a même pas pu finir pour s'assommer... Hier ou ce matin ? La gueule de bois et les nuits blanches sont les deux ingrédients qui font d'un capitaine un tyran. Alors, sur les bons conseils de Chip, elle est restée à bord le temps de calculer la durée de leur prochain voyage (un transport de trésors volés vers l'ancien continent), de manière à se reposer et à ne pas trancher une ou deux gorges sur l'île de la Tortue. Les rideaux sont tirés et ce qui reste de la bougie de cette nuit s'écrase lentement hors du chandelier, le fixant résolument au bureau de la jeune femme. Latitudes et courants se mélangent au gré des méandres que dessine son esprit. Passer la nuit à rêver éveillée (aidée par le rhum) ne lui a visiblement pas suffit, voilà qu'il lui faut réfléchir le jour à ce qui l'a empêchée de dormir la nuit. Elle devient folle, c'est bien simple.

    Il y avait cette voix enjouée et posée, un peu trop noble, qu'elle avait déjà entendue tant de fois, sans se rappeler où ni quand. Il y avait le craquement d'une pomme dans laquelle on plante goulument ses dents. Scarlett n'aimait pas les pommes. Elle haïssait ces fruits trop durs et acides, farineux et souvent verreux. Et elle en rêvait. Ça n'avait pas de sens. Mais que fallait-il faire pour ne pas penser, et être tranquille la nuit pour bien travailler le jour ? La jeune femme poussa loin d'elle la carte, le compas, le carnet et la plume, et à petits coups de poignards, se mit à taillader la cire encore molle et tiède sur le bois.

    Elle releva la tête après un temps indéterminé passé à somnoler en réduisant la cire étalée en charpie indéfinissable. Un mousse avait frappé à sa porte. On ne pouvait jamais être tranquille quand on faisait quelque chose d'important. (oui, la carte, vous vous souvenez ?) Un peu honteuse de sa tenue, la jeune femme prit le temps de souffler la bougie et de tirer un rideau. Après un arrangement sommaire de ses cheveux (elle y trouva quelques copeaux de cire blanche), elle ouvrit la porte et fronça les sourcils devant le soleil virulent de la fin de matinée. Le mousse, l'air désolé, marmotta quelques mot d'excuses dans son duvet naissant, pointa un doigt vers le quai, et déclara en piquant un fard :

    - Le marchand... Il crie depuis tout à l'heure... Alors j'ai pensé...

    Elle lui répondit d'un hochement de tête, le laissant partir, ce qu'il fit sans se faire prier. Scarlett rentra dans la cabine, se munissant d'un tricorne usé (elle l'avait acquis quelques jours plus tôt au cours d'une partie de cartes à terre et l'aimait bien. Il avait une vieille odeur vaseuse et salée) d'une bourse pleine et d'un sabre d'abordage, outils fondamentaux de la négociation, et sortit enfin en essayant de faire abstraction de l'apparence qu'elle offrirait au marchand. Mais après tout, on était sur Tortuga, que diable ! Elle était au moins cent fois plus digne qu'eux tous, même après une soirée à boire seule pour tenter de dormir.

    Dehors était inchangé. Le soleil, le grincement du bois si bien huilé, les mouettes se battant pour des boyaux de poissons laissés par les pêcheurs. Le bruit du ressac lointain aurait dû la bercer mais il n'était plus temps de dormir. Les talons claquèrent sur le bois lustré du pont, puis sur la passerelle qui menait la capitaine à terre. Elle avait des cernes, mais son port de petite reine orgueilleuse lui était revenu naturellement au contact du vent marin. Elle était le maître en sa demeure et y accueillait un étranger.

    Étranger qui, s'il avait l'air impressionné par notre damoiselle, n'en montrait rien. Il affichait un sourire à la mesure du beau temps et semblait venir les mains vides. Avait-il entendu dire que le Prince faisait la traversée, et était-il venu négocier l'embarquement de ses marchandises à lui ? En Europe, on s'arrachait des mains le Safran et les piments séchés que le maître Marquez Diaz achetait et revendait à qui pouvait aller le revendre là où on le consomme. Ne pouvant dissimuler un léger sourire face à cet homme jovial et dur en affaires qui l'attendait gaiement, elle s'approcha de lui et lui tendit la main.

    - Monsieur Marquez. Quel plaisir de vous voir si loin de votre magasin. Quel honneur me vaut votre visite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://capalouest.1fr1.net
Guillen Diaz Marquez

*
avatar

Masculin
Messages : 135
Localisation : Tortuga
Humeur : Joviale

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Les petits complots font les grandes affaires   Lun 24 Oct - 21:09

- Capitaine Lewis ! Répond-il en s'inclinant légèrement pour saluer l'arrivante, fidèle à elle-même, quoiqu'un peu débraillée. La main est serrée avec la déférence due à une commerçante de son acabit.

- Oh, je suis venu parler affaires, comme vous devez vous en douter,
répond-il d'un ton léger. Si le moment vous convient bien entendu.

Le Prince à quai depuis peu et le calme régnant alentours ne semblent pas exprimer des activités débordantes. Et malgré ses cernes, la pirate a l'air assez bien disposée à le recevoir. Tout de bon pour leurs petites discussions à venir.

- C'est à propos de deux ou trois petites choses que j'aimerais que vous rameniez, en échange de deux ou trois autres petites choses.

Coup d'oeil vers le navire. Rester ainsi sur le seuil lui déplait, mais la fille, si elle est intéressée, ne tardera pas à choisir un lieu plus propice. Et il pourrait dans ce cas se montrer un peu plus précis dans ses propositions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les petits complots font les grandes affaires   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les petits complots font les grandes affaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap à l'Ouest ! :: Terre ! Terre en vue ! :: Tortuga de Mar :: Le port-