..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Éclat de Lune… [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sybil Tweed

*
avatar

Féminin
Messages : 32
Localisation : Là où ses tâches journalières l'amènent...
Humeur : A la convenance du moment présent...

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Éclat de Lune… [Libre]   Ven 15 Juil - 20:10


Une journée comme une autre s’était encore écoulée en ce monde, en cette île, en cette ville… Une journée remplie de frustration pour notre amie. Pas qu’elle en avait occulté les joies passé au sein de sa famille, qui était comme son soleil de chacun instant… Mais il arrivait toujours un moment où son infirmité de langage l'a poussé à se retenir, à ne pouvoir faire ressortir tout ce qu’elle renfermait, ce qu’elle aurait apprécié pouvoir dire, que se soit pour rétorquer, pour se défendre, pour piquer au vif. Qu’importe le sens des mots qu’elle aurait voulu utiliser, elle aurait simplement espérer pouvoir prononcer quelque chose…

Chaque jour passant, cela finissait toujours par lui peser de plus en plus, comme un fardeau dont elle ne peut libérer ses épaules endolories…

Et le soir de ce genre de journée où elle se sent à bout, sur le point de craquer, elle ne peut faire qu’une chose, la seule chose qui l’apaise pour un temps avant que ce sentiment d’étouffement refasse surface : elle s’échappe quelques heures à son quotidien. Même si l’on peut classer cette échappatoire comme une habitude, depuis le temps…

Le repas du soir étant fini, son fils vient se blottir dans ses bras pendant quelques minutes, à ce moment, elle ne peut s’empêcher de revoir son visage lorsqu’il n’était encore qu’un tout petit bout d’être venant de sortir de son ventre. Puis caressant son doux visage d’enfant, qui bien souvent s’endort ainsi tout contre elle, elle lève son visage vers son père qui vient à elle pour l’aider à porter Imrinn jusque dans sa chambre. C’est qu’il commence à peser son poids… Heureusement, il n’ai pas toujours endormi comme ce soir et va jusque dans son lit en d'autre, n’attendant que le baiser de sa mère pour pouvoir quitter le monde réel et rentrer dans celui des rêves.
Une fois dans son lit, elle le recouvre de sa couverture, déposant ses lèvres sur son front, même si elle se doute bien, retrouver au milieu de la nuit, ce charmant bambin dans son propre lit, à ses côtés, comme cela arrive huit fois sur dix.
Sortant de la chambre, elle rejoint la cuisine où son père boit son verre de fin de journée avant de partir lui-même rejoindre les bras de dame nuit, tendit qu’elle, elle range la cuisine, nettoyant ce qu’il reste de leur repas.
Son père quitte les lieux pour rejoindre sa chambre, bien avant sa fille en générale, sauf lorsqu’il lui arrive de sortir. Sybil se retrouvant bien vite seule…

Et lorsque ses tâches touchèrent à leur fin et qu’elle put enfin être libre de ses faits et gestes, elle jeta un dernier coup d’œil vers l’étage où dormaient ses précieux trésors avant de quitter leur demeure et de se retirer vers un coin calme et vide de la plage en cette heure nocturne, où tous sont plus à dormir où à boire dans bien d’autre lieu que celui-ci.

La ville se faisait lointaine, et la lune à moitié éveillé, éclairé les lieux d’une douce et faible lueur qui convenait parfaitement à cette plage en cette instant bien précis. Sybil avançait vers cette lumière tout comme elle avançait vers la mer et le bord de sa robe fut bientôt rejoint par l’élan d’une vague égaré jusque là… Léchant ses pieds avant de repartir en arrière.

Elle détestait cette endroit lorsqu’il se montrait aussi silencieux, mais en même temps, ce silence lui permettait d’alléger un peu le poids de son propre silence et elle ne pouvait s’empêcher de revenir ici lorsqu’elle ne pouvait plus contenir convenable sa voix intérieur, si l’on peut, le dire ainsi.

Arrivé à la lisière entre le sable et la mer, elle resta là à regarder l’horizon quelques courtes minutes, avant de reculer de quelque pas pour ensuite retirer ses chaussures, défaire son corsage et laisser tomber sa robe, ne gardant que la tunique qui était sous sa toilette, sur le dos. Elle retira aussi le petit poignard qu’elle gardait constamment sur elle pour le déposer délicatement dans les plies de sa toilette étaler sur le sol de sable fin. Puis comme une femme qui s’offre à la mer, elle s’avança en ligne droite vers cette eau aux multiples caractères mais si calme en cette seconde… Si quiconque pouvait voir l’image de cette femme, il serait sans doute tenté de croire qu’elle s’en va paisiblement rejoindre les royaumes marins que les hommes ne sont sensée connaitre qu’après leur mort…

Seulement, elle n’alla pas jusque là, s’arrêtant alors que l’eau lui arrivait au niveau de la taille, son regard qui jusque là ne faisait que regarder l’horizon, s’abaissa pour venir rejoindre la surface d’eau mouvante qui lui fait face. Et tout à la contemplation de ce miroir troublait, elle ouvrit la bouche et cria de toute voix le silence qui l’habite, ne pouvait laisser échapper que des sons étranges et faibles qui ne conviennent pas à ce qu’elle voudrait exprimer réellement. Elle laissa échapper ce filet sonore jusque ce que le souffle lui manque…

Une fois qu’elle se fut tu, elle plongea sous la surface liquide dans laquelle elle se trouvait, refaisant surface environ deux mètres plus loin. Elle se laissa ainsi à nager quelques minutes avant de revenir vers la plage, il était temps pour elle de revenir dans sa vie…

Avançant en direction du tas de vêtement qu’elle avait laissé sur le sable, elle glissa la main dans ses cheveux pour tous, les attirer par-dessus son épaule gauche, les serrant entre ses mains pour les alléger du poids de l’eau qu’ils contenaient... Et là, soudainement, Sybil s’arrêta alors que la mer venait encore caresser ses mollets.

A quelque pas de ses vêtements, se trouvait une ombre… Que lui voulait-elle ? Ses yeux se posèrent sur cette dernière, pour ensuite jeter un rapide coup d’œil à ses affaires où se trouvait sa dague… Espérons qu’elle ne soit pas en mauvaise posture. Elle ne pouvait voir qui était l’ombre, ni le demander. Devait-elle attendre un geste, une parole de cette présence inconnue et dérangeante ou pouvait-elle simplement allait rejoindre ce qui lui appartenait en tas sur la plage avant de reprendre la route de sa demeure..?

Quoi qu’il en soit, elle n’aimait pas se savoir plus éloignée de ses affaires que l’ombre ne l’était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangarre Alvarez

*
avatar

Féminin
Messages : 16
MessageSujet: Re: Éclat de Lune… [Libre]   Lun 25 Juil - 22:57

[HRP : Je m’excuse d’avance pour l’humble longueur de mon post… Le tiens étant plus que respectable, je me sens légèrement intimidée mais juré, je fais mon gros possible!]

Sangarre sortit de chez son client, mettant son salaire dans sa bourse en donnant au borgne qui avait partagé sa couche un dernier sourire resplendissant avant de s’éloigner, les multiples breloques de ses vêtements tintant au rythme de son déhanchement. Elle retourna chez elle quelques instants, histoire de manger un petit quelque chose, et repartit presqu’aussitôt, au son de ses bijoux qui s’entrechoquaient joyeusement. La nuit était entamée et les rues que la courtisane prenait étaient plutôt tranquilles. Elle avait assez travaillé aujourd’hui, elle allait se délasser à la plage.

La nuit était douce et la brise qui caressait le beau visage de la femme emplissait celle-ci d’une sérénité assez rare chez elle. Le sable fin chatouillait ses pieds nus, le vent faisait onduler son abondante chevelure d’ébène, ses jupons carmins voletaient autour d’elle, faisant chanter les breloques métalliques.
La prostituée erra sans but sur le rivage, le sourire aux lèvres. Quel délice, la liberté! C’est alors qu’elle remarqua un tas de vêtement non loin d’elle, sagement posé sur le sol. Curieuse, la belle s’approcha, remarquant une femme dans l’eau. Elle semblait s’être figée, comme indécise. L’espagnole décida de lancer bien haut et fort un joyeux :

Hello my Darling!!! (imaginez des tas de petits cœurs et des petits oiseaux qui font pit! Pit! autour de la phrase) J’espère que l’eau est bonne.

Elle ne la connaissait probablement pas, mais en toute honnêteté, Sangarre s’en fichait royalement. Elle avait pour principe d’aimer tout le monde, gros moches balafrés qui sentent mauvais compris, tant et aussi longtemps que le monde ne lui cherchait pas de noise! Alors elle donnait du Darling à la première venue. Cette dame devait être là pour se détendre, il ne fallait pas la perturber plus que nécessaire!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sybil Tweed

*
avatar

Féminin
Messages : 32
Localisation : Là où ses tâches journalières l'amènent...
Humeur : A la convenance du moment présent...

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Éclat de Lune… [Libre]   Jeu 28 Juil - 20:06

[Tu n‘as pas à t‘inquiéter, ça me va parfaitement comme ça… Et regarde, je suis plus raisonnable dans celui-ci. En tout cas, merci d‘avoir bien voulu répondre.]


Ayant évacué une part de la frustration qui la hante au furent et à mesure que la vie s’écoule autour d’elle sans qu’elle ne puisse avoir de réelle prise sur cette dernière, elle s’apprêtait à aller reprendre ses affaires pour retourner vers ses précieux trésors auprès desquels elle vit…

Seulement, une ombre retient son avancé vers ce qu’elle avait laissé sur le sable fin… Qui se cachait derrière elle..? Était-ce quelqu’un aux intentions acceptables ou non..? Elle n’aurait su quoi penser si, peu après s’être arrêter, ainsi au milieu de l’eau, l’ombre n’avait parlé. Lui révélant une voix féminine et, dirons nous, enjoué. Il était rare d’entendre de telle voix sur cette île.

Sybil inclina légèrement la tête pour lui répondre positivement, mais la nuit étant là et la distance faisant, cela ne l’aiderait sans doute pas à ce faire comprendre de la jeune inconnue dissimulé par l’obscurité environnante. Était-elle donc à ce point faite pour ressentir l’éternelle frustration de son silence..? Non, il ne fallait pas se laisser aller, alors qu’elle venait juste d’essayer d’apaiser la pesante faiblesse de son être.

N’ayant que peu d’autre choix, elle reprit sa marche vers ce qui lui appartenait, se rapprochant par se biais de la jeune femme dont elle put enfin distinguer les contours. Une fine jeune femme encore forte de vie… Comme si elle n’avait encore eu le temps d’être complètement entaché par l’existence qui se mène sur cette terre.
Elle se rapprocha si bien qu’elle ne se trouva bientôt qu’à une trentaine de centimètre de la demoiselle, souriant avec douceur, elle finit par s’écarter sur le côté pour lui présenter la mer qui s’étendait derrière elle. Ceci fut sa seule possibilité pour lui montrer le chemin vers cette dernière et ainsi plus ou moins répondre à la question de l’inconnu.

Il était déjà si difficile pour elle de se faire comprendre par des gestes de jour, alors de nuit, cela devenait une tâche des plus ardues qui la forçait quelque peu à diminuer les distances entres elle et ceux avec qui elle pouvait tenter d’échanger.

Puis, sans attendre de savoir si elle s’était fait comprendre ou non, elle se tourna vers ses affaires et s’accroupit à leur côté, pour venir finalement s’y asseoir attendant d’être un peu moins humide avant de renfiler sa robe. Même si elle ne risquait pas de l’être aussitôt, si on considère l’heure tardive et donc le manque de soleil qui aurait put aider à ce détail.

Elle pouvait bien sur partir ainsi, malgré qu’il n’était ni décent, ni prudent de retourner vers la ville dans cette tenue… Ou même renfiler ses affaires sur sa tunique imbibée d’eau de mer… Mais que pouvait faire quelques minutes de plus à profiter de cet instant, si ce n’était une remonter plus rapide de sa rage intérieur..? Rien, n’est-il pas… Alors autant les prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sangarre Alvarez

*
avatar

Féminin
Messages : 16
MessageSujet: Re: Éclat de Lune… [Libre]   Jeu 20 Oct - 23:59

Sangarre s'attendait plus ou moins à une réponse vocalisée, alors elle trouva bien étrange que l'inconnue restait silencieuse. L'obscurité n'aidait pas vraiment la catin à distinguer les mouvements de l'autre femme qui s'avançait tranquillement. Ce n'est qu'une fois devant elle qu'enfin elle put discerner les traits de la baigneuse.

*J'ai l'impression de l'avoir déjà vue, celle-là... Mais où?*

Toujours en silence la femme s'assit sur le sable à côté de ses affaires. Il faut dire que la curiosité de Sangarre, qui était déjà titillée, ne fit que s'accentuer. C'est pourquoi la donzelle imita l'inconnue et prit place à côté d'elle.

Tu sais, ma chérie, j'ai l'impression de t'avoir croi... Oh attends un peu! T'es la fille du barbier pas vrai!? Un des clients de ton père m'a parlé de toi. Et je te vois souvent te balader avec ton fils. C'est un beau garçon et il a l'air adorable en plus! Tu dois vraiment en être fière pas vrai!?

Puis, se rendant compte de son indiscrétion plus que flagrante, la courtisane s'excusa. Ça devait être pénible de ne plus pouvoir prononcer un seul mot. Pour Sangarre, qui était de nature très bavarde, ça aurait été bien problématique même si, dans les faits, elle avait rarement quelque chose de très important à dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Éclat de Lune… [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Éclat de Lune… [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap à l'Ouest ! :: Terre ! Terre en vue ! :: Tortuga de Mar :: La plage-