..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Diane d'Artaud

*

Féminin
Messages : 7
Localisation : Tortuga

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Dim 21 Aoû - 19:08

    Ton prénom/pseudo : Cécile/Epsylonn
    Ton âge : Seulement 14....
    Comment as-tu découvert le forum ? En naviguant dans la section " Cherche un forum" du forum Sos RPG, je suis tombée sur une recherche de forum pirate et le votre était décrit comme le meilleur.
    Ta première impression : Un vrai coup de coeur. Un univers fouillé, des personnages haut en couleurs. J'aime vraiment beaucoup!
    Le code du règlement : Gold Treasury?



    Commençons par ton nom... Diane. Facile à retenir, non? Mais bon, vous me semblez un peu jeune pour utiliser mon prénom. Voyons voir...Je suis une ex "Lady" mais je n'aime pas particulièrement ce titre. Alors appelez moi donc "Madame" gringalet, ça suffira.

    T'es pas un peu jeune pour être pirate ? J'ai 39 ans gringalet. Je fais plus jeune? Sans doute parce que ma vie est passée trop vite et que je n'ai pas pu vieillir.

    Et si t'étais pas libre comme l'air, tu s'rais chez qui ?
    Ma mère était française. Une petite bourge de française. Et mon père... mon père était anglais. J'imagine que je suis anglaise alors?

    Et tu fais quoi de ta vie ? Je me marie! Comment ça c’est pas un métier? Tu commence à m'embêter gringalet. Je suis armurière. L'Armurière. La seule de Tortuga. Alors un peu de respect marin d'eau douce!

    Et pirate, c'est une vocation ou t'as plus un rond ? Qui parle de devenir pirate moussaillon? Moi, je vends aux pirates, j'achète aux pirates et j'escroque les gamins dans ton genre mais jamais, au grand jamais je ne deviendrais un pirate. Compris?


[list]Et t'es plutôt gringalet ou baraqué ?
Hmm... Je suis une grande et très mince femme. Une brindille qui ploie sous la force d'une vie trop vive. Une Lady filiforme, qui malgré ses cinq accouchements n'a pas un gramme de graisse en trop. Si je mange? Peu. Pas d'excès chez moi, c’est sur! Attention, je ne suis pas un squelette non plus! Ma peau est légèrement tannée par le soleil brulant des Caraïbes, mais je reste naturellement blanche. J'ai des cheveux noirs, lisses et impeccable, qui me tombe sur les épaules. Un de mes héritages français apparemment. J'ai des yeux gris, froids. Certaines mauvaises langues te diront que j'ai des yeux d'hommes, gringalet. Et tu sais quoi? Écoute les. J'ai des yeux d'homme dur et triste. Comment je me vêtis? Étrangement, comme une femme! Je dirais même plus: comme une Dame. Des robes aux multiples jupons qui gonflent avec le vent ou alors ces jupes courtes qui laissent voir les mollets et le début des jambes. Pas de corsets, j'ai passée l'âge. Pas de foulard et pas de bijoux non plus. Juste l'alliance de mon deuxième mariage. Démarche fière, manières de Dame ; on se trompe sur mon compte en me regardant. On croirais voir une Lady!


T'es pas du genre à tenir tête au capitaine, au moins ?
Mais ma parole! J'ai l'impression que tu veux devenir mon ami avec toutes ses questions!
Ce que je suis? Une mauvaise tête. Franche, qui parlent comme une charretière, qui envoie crever dans une fange tout les pédants et les insupportables, qui se fait entendre à coups d'épées. Alors ne t'imagine jamais me contrôler marin d'eau douce! Je suis une libre moi! Libre comme l'air! Un caractère de cochon, qui est fière et susceptible. Encore un de mes héritages français paraitrait-il. De mon anglais de père, j'ai juste pris l'humour noir et les avis inébranlables. Tu me trouve insupportable? Oui, et alors?Après tout, tu n'ai pas le seul! Mais je revendique moi monsieur! Peu dans ce bas monde peuvent se vanter d'être mon ami. Mais mes amis, les vrais, je les aime d'un amour excessif et sans faille. Ça t'amuse? Tant pis. Sache tout de même que je ne suis pas si embêtante que ça, et que sous mon aspect rustre et bourrue se cache une vrai mère, une gentille. Ça aussi ça t'amuse? Je vais finir par perdre patiente moussaillon....
Avec les hommes? Je joue. Ne prends pas cet air outré gringalet! Je me suis suffisamment marié et j'ai suffisamment souffert de ça pour avoir le droit, à 39 ans, de pouvoir me jouer de la gent masculine tu ne pense pas? Les mauvaises langues te diront que je suis une... une prostitué pour être poli. Laisse parler toutes ces vipères.
Tu vois gamin, je ne suis pas une Dame, quoi que ma démarche ou mes vêtements en disent. Je suis une guerrière redoutable qui se bat contre la Mort en vivant le plus qu'elle peut. Oui parce que le vie est courte malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane d'Artaud

*

Féminin
Messages : 7
Localisation : Tortuga

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Dim 21 Aoû - 19:10

T'aurais pas une histoire à nous raconter ?

Mais tu fais partie de la marine royale ou quoi? Bon alors, assied toi, ça risque d'être long...



« " - Diane? Diane? Diane! Ça fait des heures qu'on te cherche!"

Les yeux de la petite fille aux longs cheveux noirs s'ouvrirent. Un homme d'une quarantaine d'années, avec des cheveux blancs sales et emmêles était penché au-dessus d'elle. Cet homme, c'était Will Ferguson, un capitaine de bateau marchand et accessoirement un ami de son père. Cela faisait des heures qu'on la cherchait? Elle regarda autour d'elle et en réalisant où elle était, elle soupira. Elle s'était endormie sur les quais en regardant les embarcations sortirent du port. Il faisait presque nuit à présent. Diane s'assit et frotta énergiquement ses yeux. Elle se leva vivement, remercia Will de l'avoir réveillée et s'élança à toute vitesse dans les rues de la petite ville anglaise qui l'avait vu naître.

•••


" - Bonne appétit.
- Bonne appétit."


Toute la famille de Diane, la famille Lockwood était à présent réunie autour de la table de la salle à manger. Après une courte prière, ils attaquaient leurs entrées.

Au bout de la table se trouvait le père de famille, Jonathan Lockwood. Il venait d'une petite famille de bourgeois qui s'était fait une place et surtout de l'argent grâce à leur industrie de coton. Il avait installé sa fabrique dans cette petite ville par commodité, pour pouvoir recevoir le coton qu'il importait du Nouveau Monde plus rapidement. Un vrai marchand en somme. A sa droite se trouvait Élisabeth Lockwood, née Vallière ; une bourgeoise française venue d'une famille sans importance qui avait fuit la France pour épouser Jonathan. A la gauche de ce dernier, Simon Lockwood, leur fils, mangeait sa soupe avec application. C'était l'ainée de la famille et un garçon stupide et insupportable, qui rencontrait d'énormes difficultés pour lire. Et enfin, assise à côté de sa mère, la petite Diane Mary Lockwood se faisait la plus petite possible. Elle s'était faite disputée par son père dès qu'elle avait franchi le pas de la porte. Heureusement, sa mère, indulgente, avait empêché son mari d'interdire l'enfant de souper avec eux.
Après tout, était-ce sa faute si les bateaux la fascinait autant? Will lui avait dit un jour qu'un navire, c'était la liberté de s'en allait là où on le voulait. Alors, peut importe qu'elle soit une femme, quand elle sera grande, la petite Diane voguera sur les mers!

•••


Le temps a passé. La petite fille qui rêvait de voyages lointains est devenue une jeune femme de dix-sept ans qui ne rêvait plus vraiment. Et à présent, elle se trouve dans le bureau de son père, face à celui-ci qui est en train de lui annonçait une bien triste nouvelle.


" - Diane, ma petite chérie, j'ai un problème... délicat. Depuis quelques temps, ma fabrique de coton me rapporte de moins en moins d'argent et sans de mentir ma fille, c'est entièrement de ma faute. Le problème, vois-tu, c'est que les dettes s'accumulent et que ta mère et moi, nous n'avons aucun moyen de les rembourser ces dettes. Au jour d'aujourd'hui, la seule solution que nous avons trouvé, c'est... te marier. "

Diane observait son père avec étonnement. La marier? Mais quel drôle d'idée! Elle, qui était encore une enfant, on voulait la marier ?
" - Mais avec qui ?"
La question sortit seule de la bouche de la pauvre Diane. Mais oui, qui voudrait donc se marier avec elle ?

Trois semaines plus tard, on lui présentait un homme riche grâce à l'exportation du sucre ; Richard D'Auteuil. C'était un français de quarante ans qui désirait une femme pour avoir des enfants. Tout le monde s'accordait pour dire que c'était un homme ennuyeux, strict et sévère. Et pourtant, ce même jour de ces tristes présentations, Diane se retrouva sur un bateau en direction de la France.

•••

Paris. Diane n'aimait pas Paris. Elle était loin de la mer, les gens étaient hypocrites, insupportables, prenant un malin plaisir à dénigrer son accent. Elle étouffait dans le grand manoir de son mari d'où on l'interdisait de sortir seule. On l'obligeait à faire bonne figure devant son mari qui l'a trompée allègrement depuis le désastre de leur nuit de noce. Il avait tout un tas d'amantes grossières et trop poudrés, qui se vantaient vulgairement de faire cocue une autre. Mais elle souriait Diane, elle se comportait en épouse parfaite : humble, discrète et corvéable à merci. Elle subissait les nuits de souffrances qu’elle devait passer dans le lit de son époux jusqu’à ce qu’elle lui donne un fils. Dans cet enfer, elle n’avait qu’un seul soutien : Madame D’Auteuil, la mère de Richard.

Cette madame D'Auteuil était décrite comme une harpie sans nom, une femme désagréable et froide, qui était blasé par sa vie. Mais Diane, elle, avait aimé cette femme depuis leur première rencontre, dans le salon rouge du grand manoir, le lendemain de son mariage. Elle y avait fait la connaissance d'une femme rigide, qui après l'avoir inspecté de la tête aux pieds avait lancé :

" - Je suis Rose D'Auteuil, votre belle-mère et je crois que j'ai beaucoup à vous apprendre.

- Vraiment ? Et qu'avez-vous à m'apprendre ?

- A être fière, mademoiselle Diane, à être fière."


A ses côtés, Diane devint la femme que vous connaissez aujourd'hui. Une femme forte. Rose lui apprit à ne jamais montrer ses blessures. Cette vieille femme la comprenait puisqu'elle avait elle aussi était mariée de force. Elle devint aux yeux de l'anglaise une vraie mère. Et plus que ça, elle lui apprit le français.

Un an après son mariage, Diane accoucha avec soulagement d’un fils, puis, quelques temps plus tard, d’une fille. Malheureusement, son fils mourût durant sa quatrième année. Et le calvaire continua…

•••


" - Madame, cela fait cinq ans que nous sommes mariés. Vous n'ignorez pas que je suis un exportateur de sucre. Je vous annonce aujourd'hui que nous allons partir pour St-Domingue. Ce sera plus pratique pour mon industrie. Nous partirons dans trois semaines. Une maison a été installée sur mon exploitation et tout y est près pour nous accueillir."

C’est sur un ton particulièrement calme et détaché, en continuant la lecture de son journal, que Richard D’Auteuil annonça cela à Diane. Et le cœur de la demoiselle battait fort dans sa poitrine, si fort qu’il réussit à réveiller l’ancien rêve de Diane, celui qui parlait de voyage lointain, vous vous souvenez ? Enfin, elle allait échapper à Paris.Elle allait pouvoir voir le Monde et voyager à bord d'un bateau où elle pourrait sentir le vent marin sur son visage. La voilà heureuse comme elle ne l'avait plus était depuis trop longtemps. La semaine d'après, le jean-foutre qui lui servait de mari mourut dans son lit, succombant à la phtisie, laissant sa femme seule avec leur fille, Juliet. Mais vous pensez vraiment que la mort de cet homme laissa la jeune veuve malheureuse ? Non. Il ne fallut pas une heure pour que son caractère impétueux prenne le dessus et qu'elle se décide de retourner à Londres avec sa fille.

•••

" - Et vous vous nommez comment demoiselle ?
- Diane. Et si vous tenez tant à le savoir, non je ne suis pas mariée
- Enchanté, je suis Lucas. Et je ne vous ai pas posé la question.
- Vous n'alliez pas le faire peut-être ?
- Comme on dit chez moi, dans la marine : Touché."


Croyez le ou non, mais c'est sur le chemin du retour que Diane rencontra son second époux. Il s'appelait Lucas Cantebury, il était Lord, anglais et officier de la Royal Navy. De retour d'une permission à Paris. Diane aima Lucas immédiatement pour son intelligence et son humour. Quant à lui, il semblait l'aimer, mais elle ne sut jamais pourquoi. Il ne fallut pas plus des deux semaines que le voyage dura pour que ces deux-là tombent amoureux l'un de l'autre. Et dès qu'ils eurent posé leurs pieds en Angleterre, Lucas s'empressa de mettre son genou au même endroit pour demander la veuve en mariage. Ainsi, Diane D'Auteuil devint Lady Diane Cantebury.

•••


"- Apprends-moi à coudre Diane !
- Seulement si tu m’apprends à utiliser des armes …
- Très bien. "


Lucas était, à sa manière, très différent de D'Auteuil. Quand Diane avait 22 ans, il en avait seulement 28. Il l'aimait d'un amour pur et durant les huit années que leur mariage dura, jamais il ne la trompa une seule fois. C'était un homme simple qui, malgré son rang, restait à l'écart de la société. Il faisait fi des conventions et des bonnes manières. Il éleva la petite Juliet comme si elle était de lui. C'était, en un sens, un homme atypique. Il considérait sa femme autant comme une épouse que comme un camarade, ce qui lui valait les fréquentes moqueries de ses supérieurs.
Il possédait une petite maison à Londres, non loin du palais royal. Diane et sa fille si installèrent. L'ambiance de cette maison contrastait énormément avec leur précédente demeure. Elle était petite et chaleureuse et surtout sans aucun domestique. La chambre conjugale avait un balcon donnant, à la grande joie de Diane, sur la Tamise. Ainsi tous les matins, en souvenir de l'habitude qu'elle avait enfant de regarder les bateaux sortirent du port, elle se postait là et elle regardait le fleuve coulait tranquillement.
Ainsi, ils vécurent tous les trois, heureux et tranquille. Lucas possédait une collection d'armes qui intriguaientt fortement Diane, tant qu'un jour, elle lui demanda de lui apprendre à les manier. Ce qu'il fit avec joie, tout en lui exhortant au passage de lui apprendre, à lui, à manier une aiguille. Commença alors un étrange manège : quand la Lady s'entraînait à manier sabre, épée et dague ; le Lord, lui, s'appliquait à broder sur une toile des motifs cousus par sa femme.
Mais à tout ça, il ne manquait pas un enfant ? En tout cas, c'est ce que pensait les deux amoureux, qui, à l'aube de leur quatrième année de mariage, n'avaient toujours pas vu de grossesse. Après deux fausses couches éprouvantes, Diane donna enfin naissance à un enfant. C'était un fils et il fut nommé Will, en souvenir de Will Ferguson, le marin que Diane aimait tant enfant. On pouvait donc affirmer, sans trop s'avançait, que la vie chez les Cantebury était une vie heureuse et qu'elle le resterait.

•••

"- Vous êtes Lady Cantebury ?
- Oui.
- Désolée de vous l’apprendre comme ça mais votre époux est mort. "



Alors, fin de l'histoire? La mignonne anglaise fini avec le gentil anglais et rideau? Ils vécurent heureux jusqu'à la fin de leur jours? Et bien, la Fortune n'aime pas voir les gens heureux, vous comprenez?

Combien fut pénible le jour où Diane apprit de la bouche d'un officier endimanché que son Lucas, cette partie d'elle n'était plus. Il était mort en sauvant un autre durant la Bataille des Cardinaux. Ce qui, à ses yeux, était stupide. Après tout, Lucas n'était même pas un Cardinal. Pour rajouter à son malheur, Will mourût deux semaines plus tard, sans qu'on puisse savoir pourquoi. Elle venait de perdre son époux et son fils de quatre ans. A 30 ans, la voilà veuve et mère d'un fils mort. Ce fut l'échec de trop, la goutte qui fit déborder le vase. Elle envoya Juliet, âgé de douze ans à l'époque, à Paris, à Madame Rose D'Auteuil qui la transforma sur le même modèle que sa mère. Sa mère qui prit le premier bateau qui pouvait la conduire à Tortuga. Elle savait que ce n'était franchement pas raisonnable, mais elle s'en fichait. On lui avait volé sa virginité, son honneur, son mari, ses deux fils. Il ne lui restait plus grand-chose. Juste l'alliance que Lucas lui avait offerte et son pistolet, qu'elle dissimulait sous sa robe.

•••


Diane débarqua à Tortuga malheureuse et sans un sou. Alors, pour gagner sa vie, elle accepta de faire le seul travail qui était facile à accomplir pour une femme sur l'île : prostitué. Ayant déjà une assez bonne expérience de ce genre de choses, seulement trente ans et un don pour simuler que lui avait appris son premier mari, ce métier si dégradant aux yeux de la jeune femme lui rapportait pas mal d'argent, argent qu'elle envoyait en partie à sa fille à Paris. D'ailleurs, la plupart des hommes qu'elle fréquente aujourd'hui étaient des clients à cette époque. Époque pas si lointaine que ça si on réfléchit.

•••


Son dernier mari, Artaud, elle le connut d'abord en tant que client, quelques mois après son arrivée sur l'île. Mais elle le revit plusieurs fois, au lit comme sur l'île. Apparemment, la maîtrise des armes de la jeune femme lui plaisait, puisque d'Artaud était armurier. Après quelques mois de tergiversions, il finit par la demander en mariage. Ce qu'elle accepta par dépit, parce que même s'il était un peu simplet, d'Artaud n'était pas méchant. Le fait qu'il soit armurier lui plaisait aussi. Leur mariage dura un an, le temps qu'il fallut à d'Artaud pour mourir, avant même que sa femme ne sache quel était son prénom. Diane d'Artaud était encore une fois veuve. Mais elle s'en fichait. Pour une fois, on ne l'avait pas laissé sans rien. Le d'Artaud, aussi bourru qu'il l'était, lui avait laissé une place sur l'île, un commerce à tenir et un joli pécule. Depuis lors, Diane d'Artaud vit sa vie, sans que personne ne l'embête... »



Voilà, c’est fini gringalet… Comment ça c’était trop long ! T’avais qu’à pas poser autant de questions aussi ! Bon je te laisse, j’ai du boulot moi !


Dernière édition par Diane d'Artaud le Ven 9 Sep - 10:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diane d'Artaud

*

Féminin
Messages : 7
Localisation : Tortuga

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Dim 21 Aoû - 19:14

Voilà, j'ai fini!

J'ai poster un autre sujet parce que l'histoire était trop longue :/
Donc il faudrait supprimer l'autre, désolée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarlett C. Lewis

☼

Féminin
Messages : 1828
Localisation : A la proue de mon navire !
Humeur : Massacrante

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Jeu 25 Aoû - 12:41

Bonjour, Diane ! Voilà ma correction pour l'histoire de ton personnage. =)
Tout d'abord, il faut faire attention à choisir un seul temps de narration : Ton histoire est à moitié au présent, à moitié au passé et c'est un peu gênant à la lecture. De plus une petite relecture pourrait corriger les nombreuses fautes d'accord qui perturbent un peu le lecteur... Je suis sûre que tu les verras par toi-même =)
Voilà ensuite quelques citations qui m'ont mis la puce à l'oreille.
Citation :
On l’obligeait à porter des robes, à se maquiller
Et qu'est-ce qu'elle pourrait porter, sinon des robes ? ^^ Si elle a été mariée à un riche marchand, j'imagine qu'elle sait quand même porter le corsage et les jupons...

Citation :
- A être fière, mademoiselle Diane, être fière. Et à se comporter comme une Lady, ça ne vous fera pas de mal.
Une vieille française éduque une jeune anglaise à la tenue de Lady ? Encore une fois, j'imagine qu'avoir des bonnes manières et nécessaire pour avoir le bon mariage que Diane a eu : Une jeune femme n'a que deux arguments pour se marier : sa dot et son éducation. En plus une française dirait plutôt "comme une dame", non ? ^^

Citation :
succombé par la phtisie
Juste une petite faute d'expression : On succombe à une maladie. =)

Citation :
et son musquet, qu’elle dissimulait sous sa robe.
Le mousquet est une sorte de fusil, il est très lourd et surtout trop long pour être porté sous une robe. Un pistolet fera sans doute l'affaire =) (une image de mousquet : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2d/Mousceteor.jpg


Voilà pour ce que j'ai relevé. Sinon ta fiche colle bien avec le prédéfini, c'est super ! Prend ton temps pour les corrections, j'espère ne pas t'avoir découragée ! Bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://capalouest.1fr1.net
Diane d'Artaud

*

Féminin
Messages : 7
Localisation : Tortuga

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Ven 9 Sep - 10:30

Finito!
Désolée du temps que j'ai mis pour corriger --'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarlett C. Lewis

☼

Féminin
Messages : 1828
Localisation : A la proue de mon navire !
Humeur : Massacrante

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Ven 9 Sep - 16:35

Pas de problème, on a tous une vie ! ^^ Comme tout est bon, je te valide ! Tu peux dès maintenant poster ton journal de bord et te faire des relations. Et bien sûr, commencer le RP ! :D
Bon jeu sur le forum :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://capalouest.1fr1.net
Hermance Chaix d'Estange

♦

Masculin
Messages : 78
Localisation : Dans un coin
Humeur : Stable

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Sam 15 Oct - 1:03

Bonjour !
Je suis un peu embêtée - c'est mon Prédéfini, à la base, et heu... C'est vrai que je ne suis plus beaucoup -voir plus du tout sur le forum, mais je pensais qu'il n'avait pas été pris - quelle ne fut pas ma surprise...
alors je suis étonnée qu'on l'ai validé si facilement, car il y a énormément de choses qui ne vont pas...
Diane est la sœur d'Hermance... Donc de parents français tous les deux. Des Chaix-D'Estange, en l’occurrence, non des Lockwood. Donc pas d'Elizabeth ou de Simon, par nécessité. Bien sur, du coup, tout l'histoire de cette Diane est caduque et erronée, c'est ennuyeux. (Une Ex prostituée ! Mais certainement pas, grand dieux ! )

Alors j'aimerais faire la demande d'un changement de nom et d'avatar, car ce n'est définitivement pas la Diane qui était affilié à mon personnage (je suis un peu déçue qu'on ai même pas lu ma fiche alors que c'était précisé, mais je peux difficilement faire de commentaire vu mon assiduité!) et qu'on supprime, par ailleurs, mon prédéfini, que je vais je pense utiliser ailleurs ^^
Est-ce une demande acceptable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis de Nogaret

♦

Masculin
Messages : 1658
Localisation : Dans les bras des ravissantes
Humeur : Changeante

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Sam 15 Oct - 7:32


Ta demande tombe à pic, car nous préparons une grande refonte des prédéfinis. Au demeurant, il me semble que Diane a annoncé son départ à Scarlett, donc la question est comme résolue d'elle-même, si j'ose dire. Dans tous les cas, je pense que Scarlett a voulu bien faire et ne partait pas d'une mauvaise attention. :)

_________________
«Vous me demandez en somme qui je préfère, des moralistes ou des criminels.
Vous savez bien que je déteste les moralistes
.
»

{Remerciements à Elizabeth pour l'avatar}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://freneuse.blogspot.com
Scarlett C. Lewis

☼

Féminin
Messages : 1828
Localisation : A la proue de mon navire !
Humeur : Massacrante

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Sam 15 Oct - 7:42

Louis a tout dit. Je ne peux pas lire les fiches de tout le monde, il aurait fallu que tu sois là, ça m'aurait aidée ^^ De plus ça m'aurait embêtée faire corriger tant de détails sans avoir la certitude et la confirmation que c'étaient bien les bons... Bref, de toute façon le problème s'est résolu de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://capalouest.1fr1.net
Hermance Chaix d'Estange

♦

Masculin
Messages : 78
Localisation : Dans un coin
Humeur : Stable

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Sam 15 Oct - 11:39

Oh, très bien, ma foi... Juste pour précision : ce n'est pas aux admins que je demandais qu'on lise ma fiche, mais à Diane :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scarlett C. Lewis

☼

Féminin
Messages : 1828
Localisation : A la proue de mon navire !
Humeur : Massacrante

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Sam 15 Oct - 13:35

^^ D'accord. Au fait, dois-je quand même supprimer ton compte, malgré cette implication récente ? =/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://capalouest.1fr1.net
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre   Aujourd'hui à 10:33

Revenir en haut Aller en bas
 

Diane d'Artaud ou l'Art de la Guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap à l'Ouest ! :: Toi ? Devenir pirate ? Laisse-moi rire... :: Tu veux vraiment embarquer ? On va voir... :: D'accord, on t'embarque, tu nettoieras le pont !-