..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Sam 26 Fév - 19:44

Le temps était doux, et le ciel bleu parsemé de quelques nuages cotonneux. Le temps idéal pour aller jeter un coup d'œil sur le pont, s'était dit Billie. Le vent frais lui caressait les joues en jouant avec ses mèches de cheveux. Les yeux de la jeune fille pétillaient dès que son regard se posait sur l'immensité bleue qui lui faisait face. L'odeur salée qui lui piquait les narines ravivait son désir d'aventures et la faisait frissonner de toutes parts. En ce moment, Billie se disait que rien au monde n'aurait pu avoir le même effet sur elle, ni lui procurer une telle sensation de bonheur.

Elle passa sa main le long de la rambarde en bois, tenta d'apprendre à connaître l'histoire de ce navire. Elle y avait embarqué la veille, fraîchement recrutée par le capitaine. Elle avait saisi cette chance qui lui permettait enfin de savourer la liberté, et qui pourrait sans doute l'amener à retrouver son père si celui-ci était toujours en vie, comme elle le présumait. Une occasion unique de fuir loin de cet orphelinat qui respirait le malheur par tous les pores. Lorsqu'elle y était entrée, totalement déboussolée suite à la perte de ses parents, la petite blonde n'avait pas vraiment prêté attention à l'atmosphère que dégageait cet endroit pourtant lugubre. Une vieille mégère aux cheveux grisonnants lui avait balancé ses affaires dans les côtes sans aucun ménagement, et l'avait pratiquement jetée dans sa chambre - chambre qu'elle partageait avec cinq autres filles d'âges différents.

Le deuxième jour le plus heureux de sa vie, à part celui-ci, avait sans doute été celui de sa fugue. Elle avait imaginé les cris de la mégère au petit matin, découvrant ses couvertures vides et n'ayant pas le plaisir de lui confier la corvée pommes-de-terre du jour, ou toute autre punition du genre pour lui apprendre à ne plus être aussi révoltée et impertinente. Elle avait cependant éprouvé de la peine pour ces filles avec qui elle s'était finalement liée d'amitié, et qui n'avait pas eu plus de chance qu'elle. Elle espérait qu'elles auraient un jour le courage de partir, elles aussi.

Elle souriait en fixant l'horizon. Le soleil lui faisait mal aux yeux, mais elle voulait le fixer. Elle rêvait de naviguer jusqu'à lui, jusqu'au bout du monde. Elle se retrouva les pieds sur terre - ou plutôt sur le pont - en réalisant que ce n'était pas elle qui décidait de cela. Elle n'était qu'un matelot. Mais c'était déjà amplement suffisant. Ca avait suffit à émoustiller ses rêves d'enfant, et à lui rappeler les contes de pirate que sa mère lui avait lu tant de fois pour l'endormir. Elle savait bien qu'être pirate, ce n'était pas une promenade tranquille le long d'un fleuve. Elle connaissait les risques, et en réalité, cela lui donnait encore plus envie de faire ses preuves. Elle admira la montre qui pendait à son cou. Le cadran n'était plus tout neuf, et le métal froid était recouvert de petite griffes et de coups. Le système d'ouverture s'était rouillé au fil des années, si bien qu'il fallait appuyer avec insistance sur celui-ci pour pouvoir apercevoir le cadran dont la blancheur s'était elle aussi atténuée. La nostalgie de cet objet lui faisait du bien. Elle le serra contre son cœur, et écouta le chant des vagues qui se fracassaient en rythme sur la coque du bâtiment.


Dernière édition par Billie Joe Carter le Ven 29 Avr - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joacquim Fisher

☼
avatar

Masculin
Messages : 143
Localisation : Sur les flots à bord du tempête.
Humeur : toujours vaillante!

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Lun 14 Mar - 21:29

Joacquim releva la tête des planches qu'il était en train d'humidifier de sa serpillère, une grande inspiration suivie d'un long soupir lui donna une si intense sensation de bonheur et de plaisir malgré la tâche ingrate à laquelle il avait été assigné. L'air du large, l'océan à perte de vue avec juste les côtes à l'horizon pour rappeler que l'être humain appartient originellement à la terre et non à la mer, c'était bien ce qu'il avait toujours aimé!
D'aucuns disaient qu'une vie de pêcheur aurait finit par le dégoûter de la mer mais il n'avait jamais été d'accord avec ce point de vue. Pour lui elle était belle et dangereuse, calme et agitée à la fois, toutes les qualités et les défauts possibles d'avoir sur cette planète! Un formidable melting-pot de caractéristiques à jamais envoutant tandis que le vaisseau voguait tranquillement sur les flots.

Cette vie là lui avait manqué pendant la longue année passée à faire le pitre sur terre pour gagner sa vie. Bien sûr au final il n'était pas dépaysé d'avoir à laver le pont puisque c'était bien l'emploi pour lequel il avait été assigné lors de son voyage d'arrivée sur le nouveau monde mais qu'importe le dépaysement puisque c'était bien pour retrouver ses racines qu'il avait embarqué à bord de ce bateau! Des racines qui puisaient leur vitalité dans l'eau de mer et le plancton depuis qu'il était tout jeune, c'était inné!

Bien sûr, il ne pût éviter l'instant de mélancolie en repensant à sa fratrie éplorée l'enlaçant dans le port de Boston alors qu'il s'engageait comme mousse à bord de la marine marchande... Plus encore que la mélancolie c'était bien la culpabilité d'avoir trahit qui le rongeait mais comme toute vérité n'est pas bonne à dire, il avait sans doute fait la meilleure des choses en ne leur disant pas toute la vérité sur son nouveau travail mais tout de même...
Alors qu'il était plongé dans cette profonde réflexion, un petit déclic à quelque pas de lui attira son attention. Il releva les yeux, intrigués pour découvrir un matelot (ou plutôt une matelote, sa supérieure) accoudé au bastingage. Avec son habituel sourire débordant de bonne humeur (malgré la morosité de ses pensées).

- (Anglais) Bonjour madame!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Dim 27 Mar - 21:59


Le bruit des vagues obnubilait tellement la jeune femme qu'elle crut tout d'abord à un rêve, lorsqu'elle entendit une petite voix masculine s'adresser à elle. Aussi, il lui fallut quelques secondes avant de réaliser qu'elle était sur le pont du navire, et non sur un petit nuage, et que quelqu'un se tenait bel à bien à ses côtés, à la regarder divaguer les yeux perdus sur l'immensité bleue.

La voix appartenait à un gamin qui ne devait guère avoir plus de quatorze ans, peut-être même moins. Il était plutôt gringalet, voire maigrelet. Ses yeux bleus pétillaient d'une certaine malice tandis qu'il offrait à Billie un grand sourire plein de chaleur. Il s'était adressé à elle en anglais - elle en était certaine, malgré ses rêveries - mais il possédait un fort accent germanique qui n'était pas celui de l'Angleterre. Et elle s'y connaissait, puisqu'il s'agissait de sa langue maternelle.


._Bonjour !, lui répondit-elle dans le même langage, sans oublier un large sourire. Pas de madame !, rectifia-t-elle en repoussant l'air de sa main droite.


Après tout, elle n'était âgée que de dix-neuf ans, et il était vexant de se faire appeler " madame " à cet âge. De plus, les convenances de son jeune temps avaient finies par lui passer par-dessus la tête. Oubliés les " mademoiselles ", " monsieur ", ... De toute manière, elle n'avait jamais été amoureuse de la politesse. Encore un défaut qu'elle tenait de son père ...

Elle tenta de pousser la conversation plus loin, et de savoir jusqu'où cet enfant maîtrisait l'anglais.


._Tu n'es pas anglais toi, n'est-ce pas ?


Elle le regarda de haut en bas. Physiquement, elle ne savait qu'elle nationalité lui attribuer. Européen, sans doute, car il n'était guère très différent d'elle. Et ce n'était sans doute pas la serpillère, meilleure amie du mousse, qui allait lui répondre.





[Hrp: J'avoue, c'est court, et j'en suis désolée ... Je ferai mieux la prochaine fois ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joacquim Fisher

☼
avatar

Masculin
Messages : 143
Localisation : Sur les flots à bord du tempête.
Humeur : toujours vaillante!

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Lun 28 Mar - 17:07

Hrp : non mais ça va! Moi ça me vas très bien, on est pas obligés de pondre des romans à chaque coup ;)

Joacquim faillit arrêter de sourire croyant qu'on ne l'avait pas entendu ou pire encore qu'on l'ignorait. Il allait donc retourner à son balais, déçu à l'idée de n'avoir sût vaincre sa timidité maladive, Joacquim se jurait de mieux savoir s'imposer la prochaine fois quand il remarqua que la demoiselle se tournait maintenant vers lui. Il releva donc immédiatement sa tête pour lui servir ce même sourire plein d'entrain tandis qu'il rougissait en voyant mieux comme elle était jolie. Même si Son âge était loin de lui permettre d'avoir des hormones en ébullition, il fallait reconnaître qu'il avait face à lui un joli brin de fille.
Satisfait donc qu'on lui réponde et donne ainsi la possibilité de s'exercer à la compréhension orale, Joacquim affaira tous ses neurones à la compréhension de ce qui venait de lui être dit. Levant les yeux au ciel (et laissant donc involontairement un silence) et essayant d'articuler de la même manière qu'elle des mots inaudibles, Joacquim parvînt seulement à comprendre le madame et l'idée de négation ce qui lui fît hausser les sourcils... Voulait-elle ainsi lui dire qu'elle était un homme? Ce n'était pas possible puisqu'elle avait bien des seins qui, même pas très imposants, l'étaient beaucoup trop pour être une poitrine d'homme.
Le jeune garçon ne pouvant donc concevoir qu'il avait bien compris la phrase, avoua légèrement honteux et rougissant son incompréhension.

- (Anglais) Je désolé, Je pas comprendre bien vous... vous pas madame?
Bien entendu, Joacquim rougît davantage de sa question sachant qu'elle n'avait sans doute pas de rapport avec ce qu'elle lui avait dit, mais en même temps il avait eût la délicatesse au C'était incroyablement maladroit mais ça, Joacquim n'était même pas capable de s'en rendre compte... La conversation à venir ne s'annonçait pas passionnante donc dans le sens où le jeune garçon ne comprendrait certainement pas grand chose de ce qu'elle lui dirait. Néanmoins, malgré ses immenses difficultés dans cette langue qu'il ne connaissait pour ainsi dire pas, le jeune garçon décida de prendre son courage à deux mains pour essayer de progresser. De toute manière il n'apprendrait jamais s'il ne faisait pas d'efforts, on apprend à ramper avant d'apprendre à marcher.
Le jeune Néerlandais se concentra de la même manière que précédemment pour comprendre la seconde chose qui lui était dite : il était le sujet d'une phrase négative dans laquelle se trouvait l'adjectif Anglais. C'était tout ce qu'il avait compris (bien qu'il n'avait pas fait un raisonnement en utilisant des mots si compliqués) mais c'était suffisant pour en comprendre le sens global. Il répondît donc en articulant tant bien que mal.

- Non... Pas Anglais, je... Nederlanden?
Ne connaissant pas le mot pour son Pays d'origine, Joacquim utilisa le mot original en espérant se faire comprendre. Il formula ensuite lui-même une question en espérant qu'elle réponde par un adjectif de nationalité que lui même connaissait.
- Vous? Quoi Pays?

hrp : c'est pauvre comme conversation ^^. J'essaye de constituer mes phrases en fonction des erreurs communes que fait un débutant en Anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Mar 29 Mar - 13:47




[Hrp: Je trouve ça intéressant comme dialogue, moi. Ca nous change, le manque de compréhension ! :)]


Le vent soufflait sur les flots paisibles, et s'engouffra sur le pont du navire. Les cheveux blonds des deux pirates virevoltèrent tandis qu'un léger blanc s'installait entre eux. Billie s'appliqua à combattre ses mèches rebelles qui lui fouettaient le visage, alors qu'elle attendait une réponse de la part du garçon. Elle vit bien qu'il avait du mal à s'exprimer, et devina donc son faible niveau d'anglais. Celui-ci finit cependant finalement par ouvrir la bouche, une moue dubitative collée au visage.


- (Anglais) Je désolé, Je pas comprendre bien vous... vous pas madame?


Elle rigola doucement devant l'innocence de l'enfant. Comment avait-il pu bien interpréter ses paroles, puisqu'il paraissait ne pas comprendre. La jeune femme comprit aussitôt que le dialogue n'allait pas être évident. Elle pencha la tête sur le côté et se demanda comment elle pouvait répondre à sa question.

Dans toute sa vie - bien qu'elle fut encore courte -, Billie ne s'était que très rarement trouvée face à des individus étrangers. C'étaient souvent des nobles soldats qui venaient à la rencontre de son père, chez eux. Mais ceux-ci maîtrisaient presque parfaitement l'anglais, et seul leur accent et quelques légères fautes de grammaire pouvaient les trahir. Dans le cas présent, ce garçon n'avait que quelques bases d'anglais sans doute apprise à la va-vite, dans la rue. Elle-même ne connaissait aucune autre langue, mis à part le français, sa seconde langue maternelle. Mais elle doutait que le blondinet y comprenne quoi que ce soit.

Le garçonnet se concentra derechef, avant d'articuler - avec difficulté, il fallait l'avouer - quelques mots, toujours dans un anglais approximatif.



- (Anglais) Non... Pas Anglais, je... Nederlanden? Vous? Quoi Pays?


Elle tiqua sur le mot à consonance étrangère. Ce n'était pas de l'anglais, mais il ressemblait très fort au mot " Netherlands ", les Pays-Bas. Ainsi, il était donc néerlandais. Le sourire de la jeune femme s'étira. Elle venait au moins de trouver un compromis à leur discussion; deux langues provenant de la même racine comporte bien souvent des mots qui se ressemblent. Peut-être allaient-ils pouvoir s'en sortir à l'aide de ça.

A son tour, elle se concentra. Elle répondit lentement au garçon, en articulant bien chaque mot, afin que sa compréhension lui soit plus aisée. Elle s'approcha de lui, et lui toucha le torse du bout de l'index.


._Toi, jeune. Moi aussi. Pas madame !, tenta-t-elle sans réellement savoir si le message passerait


Elle lui ébouriffa légèrement les cheveux, comme pour le pousser à combattre une timidité apparente.


._Néerlandais, donc. Moi, je viens d'Angleterre., continua-t-elle toujours aussi lentement ( et elle insista bien sur le mot " néerlandais ", afin de l'inculquer au garçon. Ca pourrait toujours lui servir. )


Jusque-là, les mots - d'après ses faibles souvenirs du néerlandais - n'étaient pas très différents les uns des autres. Elle espérait que cela suffise.


._Quel est ton nom ?, elle tourna son index vers son propre visage, Je m'appelle Billie Joe Carter.


Elle trouvait mignonne la façon dont le jeune garçon assimilait ses paroles - bien qu'elle remarqua vite que l'enfant lui-même était mignon. Ses yeux clairs perdus dans le flot de ses pensées, ses lèvres qui tremblaient alors qu'il traduisait mentalement ses propos. Il tentait bien que mal d'améliorer son anglais, et Billie trouvait cela honorable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joacquim Fisher

☼
avatar

Masculin
Messages : 143
Localisation : Sur les flots à bord du tempête.
Humeur : toujours vaillante!

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Mar 29 Mar - 21:50

Ce n'était que pour la forme que le jeune Joacquim n'avait pas complètement laissé tomber sa serpillère : toute la concentration du jeune mousse était maintenant absorbé par la concentration nécessaire à la compréhension de la conversation et en aucun cas ce dernier ne continuait donc de la passer en même temps qu'il discutait avec la jeune femme face à lui.
Il fût à un moment extirpé de sa concentration par le contact dur mais pas spécialement douloureux de l'index de la jeune femme sur sa poitrine. Elle joignait donc le geste à la parole pour mieux ce faire comprendre, effort qui fût donc apprécié à sa juste valeur par Joacquim. Néanmoins, n'ayant toujours pas le bagage encyclopédique requis pour comprendre ce que voulait dire "young", le jeune garçon se gratta la tête en signe d'intense réflexion. Finalement, bien qu'il n'ait été lui même que peu convaincu par la bonne compréhension de ce qu'il allait dire.

- Euh... Je pas jeune, Vous nom madame?
Non, c'était trop stupide pour être ça... En même temps s'il se souvenait, "two"* était le chiffre deux non? Que cela venait-il faire dans la phrase...
- Ah non, vous nom deux? Vous avez deux noms?
En même temps, il se disait bien que ce n'est pas parce qu'on se montrait du doigt qu'on parlait forcément de son nom... S'enfonçant dans l'incompréhension, Joacquim se sentît confus et ridicule tandis qu'elle commençait à rire de son erreur. Néanmoins, alors qu'il allait se remettre au travail honteux, il ria lui aussi quand elle lui ébouriffa les cheveux. Ainsi donc il avait la chance de tomber sur quelqu'un qui acceptait son incompréhension, il fallait en profiter pour s'améliorer et se faire un premier contact à bord!
Néanmoins, la barrière de la langue étant ce qu'elle est... Joacquim avait beau réfléchir à fond, il ne comprenait pas... La meilleure manière restait alors de l'avouer et essayer d'utiliser le langage des signes pur se faire expliquer des mots.

- Je suis désolé, je pas comprendre "jeune", et pas comprendre pourquoi "deux"... S'il vous plaît, vous expliquez?
Nul doute qu'elle voulait lui faire comprendre une subtilité de la langue, peut-être un peu compliquée pour lui mais il s'accrocherait! C'était bien la moindre des choses pour une personne aussi patiente avec lui! Il invita d'un geste de la main et d'un sourire le matelot face à lui à lui expliquer le sens de ces mots. Espérant se faire expliquer, la conversation reprendrait ensuite de plus belle. Sa phrase suivante, malgré une structure bien plus complexe que le sujet+verbe+complément, fût bien mieux comprise par le jeune Joacquim. Ce dernier avait mis avait saisit son menton, les yeux au ciel pour comprendre l'énigme posée et, au bout de 4 ou 5 secondes avait levé cet index en signe de compréhension : il n'avait rien compris sur le coup à toute la structure, le complément "England" était suffisamment proche de l'adjectif de nationalité pour qu'il comprenne qu'il s'agissait de la terre d'Angleterre... le fameux "I am from" qui posait donc problème devait signifier "venir de"
- Vous suis d'Angleterre? Je suis de Nederlanden. Oui?
Demanda-t-il plein de joie à l'idée d'avoir enfin compris quelque chose à ce qu'on lui disait. Malheureusement la forme restait à peaufiner puisqu'il avait employé le verbe être inchangé et donc conjugué à la première personne pour la seconde du singulier sans le changer... A vrai dire sans même connaître sa signification... Il faudrait qu'il apprenne au plus vite les auxiliaires... La seconde phrase elle aussi était très simple : c'était la phrase bateau que toute personne apprenant l'Anglais apprenait de suite, même s'il ne comprenait pas le sens des différents mots pris uns par uns, à part pour "nom". Néanmoins par peur d'être maladroit une fois encore, il demanda confirmation pour s'assurer qu'il n'avait pas pris un des noms propres pour un mot normal ou inversement.
- Vous nom est Billie Joe Carter, Je, mon nom est Joacquim. Joacquim Fisher.
Lui dit-il donc avec un immense sourire reconnaissant et enchanté, même s'il ne savait le dire dans la langue de Shakespeare.

* En Anglais, "Aussi" est très phonétiquement proche de "deux", je traduit donc dans ma tête les phrases en Anglais pour voir où Joacquim pourrait buter, sur des mots compliqués ou des tournures... A toi de me dire si tu veux que je continue à t'expliquer comme ça les confusions de Joacquim ou si tu peux faire aussi cet exercice pour comprendre les erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Mar 29 Mar - 22:55

[ hrp: Je trouve ta façon de faire parfaite, ne change rien ! Effectivement, ça m'aide de connaître ses erreurs. (: J'essaierai d'en jouer à partir de maintenant !]



C'était à s'en tirer les cheveux, il fallait le dire. Mais Billie ne s'avouait pas vaincue, et décida de faire preuve d'encore plus de patience envers le garçon. On lui avait souvent répété, lorsqu'elle était enfant, qu'elle avait beaucoup de chance d'être née bilingue. Et encore plus de chance d'être anglophone et francophone. D'après son père - et il n'était pas peu fier de le lui expliquer - ces deux langues étaient sans doute deux des plus répandues sur terre et en mer - l'espagnol mis à part. Elle était donc certaine qu'apprendre l'anglais était presque une nécessité pour le jeune mousse. Après tout, elle n'avait pas rencontré grand-monde qui puisse parler le néerlandais, si ce n'est quelques marchands de poissons dans les ports. Alors, allez savoir exactement pourquoi - peut-être une sorte d'instinct maternel - mais elle venait de se ficher en tête l'idée de l'aider. Et elle était bien résolue à prendre le temps qu'il faudrait, chaque fois que le gamin viendrait lui parler.

Comme elle s'y attendait, l'information n'était pas passée comme elle l'aurait dû. Il était vrai que le sujet sur lequel elle s'était engagée n'était pas des plus simples, pour un novice en anglais. Même s'il finissait par comprendre qu'elle était trop jeune pour se faire appeler madame, viendrait sans doute le fameux " mademoiselle ", qu'elle avait déjà bien trop entendu chez elle. Et comment expliquer à un enfant qui ne vous comprend qu'à moitié - et plus par déduction qu'à l'aide de vocabulaire - que vous ne supportez pas ce genre de manières ? Impossible. En tout cas pour le moment. Elle décida de l'éloigner de ce sujet, se promettant d'y revenir un jour. A la place, elle préféra lui apprendre la différence entre le chiffre deux, se prononçant " two ", et le mot " aussi ", qui s'écrivait " too ".

Elle se gratta l'arrière de la tête en regardant son interlocuteur. Elle secoua la tête en signe de négation, et réfléchit à une manière de lui enseigner cette différence fondamentale. Ce n'est pas parce que ce garçon était jeune qu'il était bête pour autant. Son regard plutôt vif lui assurait le contraire. Une idée lui traversa alors l'esprit. Une idée un peu farfelue, qui la ferait passer pour la pire des attardée si jamais quelqu'un les apercevait sur le pont.

Comme pour l'aider dans son plan, elle remarqua un petit tas de poussière que le garçonnet avait dû entasser là en balayant le plancher avant de le nettoyer à grandes eaux. Elle se dirigea vers celui-ci, en adressant un signe au garçon de la suivre. Au passage, elle agrippa le manche de la serpillère, et retourna celle-ci, de sorte à ce que le bout du manche soit orienté vers le sol. Elle s'accroupit face au tas de poussière et indiqua au petit mousse d'être attentif par un geste du doigt et un regard sérieux.
Dans cette crasse, elle traça - à l'aide du manche, bien entendu - des signes, qui finirent par ressembler à trois lettres.

T-W-O


._Deux !, répéta-t-elle en le lisant.


Pour illustrer son geste, elle montra deux doigts au garçon. Elle attendit qu'il eut bien assimilé l'information, avant de s'appliquer à écrire un autre mot.

T-O-O


._Aussi., elle se releva et pointa son doigt en direction de l'océan, Bleu !, la trajectoire de son doigt dévia, afin cette fois de montrer le ciel, Bleu, aussi.


Elle n'était pas professeur, mais elle voulait faire de son mieux. La suite du dialogue lui posait nettement moins de problèmes. Il avait compris la majorité de ses propos, et cela leur permettait de faire plus ample connaissance.


- Vous suis d'Angleterre? Je suis de Nederlanden. Oui?


Elle le laissa enchaîner.


- Vous nom est Billie Joe Carter, Je, mon nom est Joacquim. Joacquim Fisher.


Elle acquiesça et lui tendit la main, un grand sourire dessiné sur ses lèvres. Ce sourire était sincère, mais cachait également un rire intérieur. Voilà que ses leçons de manières allaient lui servir pour la première fois. Car si elle ne connaissait qu'une formule en néerlandais, c'était bien celle-là.


._Enchantée, Joacquim. Blij u te ontmoeten !




[Hrp: Ouuuuuuh ! J'avoue, j'ai cafouillé ;____; Je ne savais pas où placer la " leçon d'anglais " dans le dialogue >< Je ne sais pas si ça rend bien ou non .. Si ça te complique trop la vie, dis-le moi et j'essaierai de rectifier ! Enfin, j'espère que cette réponse te convient tout de même ! Elle ne veut pas le vouvoyer, mais n'oublions pas qu'elle non plus ne parle pas la langue de son interlocuteur ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joacquim Fisher

☼
avatar

Masculin
Messages : 143
Localisation : Sur les flots à bord du tempête.
Humeur : toujours vaillante!

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Mer 30 Mar - 19:12

Rassuré de voir que son interlocutrice comptait bien faire des efforts pour l'aider à apprendre l'Anglais (et plus simplement à converser avec lui!), Joacquim ne s'en trouvait donc que plus motivé à essayer de comprendre ce qu'on lui disait malgré ses immenses difficultés. C'est alors qu'elle se mît à faire des mouvements très amples et bizarre qui la fît passer pour une cinglée même aux yeux du garçon... Qu'elle chance qu'il n'y ait que le garçon sur le pont du coup!
En fait il compris bien vite que ces signes n'avaient aucune autre ambition que de lui expliquer ce qu'elle disait, bien plus facile donc à comprendre quand bien même cette méthode d'enseignement pouvait s'avérer loufoque et confuse... L'arrachement du balais fût néanmoins bien plus facile étant donné que Joacquim n'était pas particulièrement attaché à cet outil de travail. Il poussa néanmoins un "hé" de mécontentement quand il l'a vît ruiner tout son beau travail, même s'il compris bien vite que ce n'était pas vraiment du gâchis, plus des... Lettres...
Embarrassé, le jeune garçon grimaça car pas seulement illettré mais totalement analphabète aussi les lettres quelles dessinait ne lui disait strictement rien et c'était flagrant si l'on prenait le temps de regarder sa mine déconfite. Néanmoins, être totalement analphabète ne signifiait pas être aveugle et quand bien même les deux mots se prononçait de la même manière, il pût reconnaître une espèce de différence entre les deux, c'est alors qu'il réalisa qu'il avait donc affaire à deux mots séparés!
Pfff, quelle langue de barbares cet Anglais...
D'un côté, il y avait le chiffre, ça il l'avait avalé mais de l'autre... Elle désignait deux choses bleus, y avait-il donc un rapport avec le chiffre deux? Dire qu'ils étaient deux à être bleus? Ou alors autre chose...

- Hum... houten.
Dit-il en désignant le plancher et parlant en Néerlandais, ne connaissant pas le mot en Anglais. Il se dirigea ensuite vers le mât et le pointa de l'index.
- Houten too?
Puis vers la rambarde.
- Houten too?
Avait-il donc appris un nouveau mot ou commis une gaffe supplémentaire? La réponse semblait être la seconde aussi afficha-t-il un immense sourire en banane envers la dame.
- Merci!
Surpris par la main tendue, il la serra chaleureusement toujours avec cet immense sourire innocent dont il avait le secret et des étoiles brillèrent dans ses yeux pendant une fraction de seconde.
- (Néerlandais) Enchanté de vous connaître aussi Billie! Vus parlez donc Néerlandais? Mais pourquoi vous l'avez pas dit plus tôt!
Déclara-t-il tout joyeux et naïf.

hrp : Désolé pour la longueur, j'suis pas amateur des posts de 15 mètres de long à chaque fois. Et si je parle bien Anglais c'est pas le cas pour le néerlandais! Hésites pas à me corriger si tu le parles et que tu voit des erreurs! ;)


Dernière édition par Joacquim Fisher le Lun 4 Avr - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Jeu 31 Mar - 22:26



Billie attendit patiemment, tout en regardant le mousse. Avait-il saisi, ou était-elle bonne pour trouver une meilleure explication ? Elle priait le ciel de ne pas devoir recommencer quelque chose d'autre, car elle n'avait aucune idée en tête de ce qu'elle pouvait bien faire de plus.

Mais une lueur nouvelle venait de naître dans le regard du garçon.


- Hum... hout.


Il montra le plancher du pont du bout de son doigt, puis se dirigea rapidement vers le mât et le désigna également.


- Hout too?


Il se retourna, et pointa ensuite la rambarde.


- Hout too?


Ca y est, il avait compris. La jeune femme n'avait aucune idée de ce que signifiait le mot " Hout ", mais la rambarde, le mât et le plancher possédaient deux points communs non négligeables. Le premier; ils étaient tous fabriqué à partir de bois. La seconde; la couleur du bois est partout semblable. En tout les cas, le mot avait pris, pour le blondinet, tout son sens. Il sembla reconnaissant, et afficha un immense sourire qui donnait chaud au cœur. Il la remercia et attrapa la main qu'elle lui avait tendue.

Mais le sourire de la jeune femme disparut lorsqu'il lui répondit par une phrase incompréhensible pour elle.


- (Néerlandais) Enchanté de vous connaître aussi Billie! Vus parlez donc Néerlandais? Mais pourquoi vous l'avez pas dit plus tôt!


La blonde secoua la tête et ses bras afin de l'informer qu'elle ne comprenait rien du tout à ce qui venait de lui être dit.

Le seul mot qu'elle avait pu distinguer de la masse était son prénom. Rien d'autre. Pour la deuxième fois de la journée, elle lui ébouriffa les cheveux en lui offrant un sourire qui se voulait rassurant. Elle ramassa son balai sur le sol, et le lui rendit.


._Billie apprendre anglais à Joacquim., lui souffla-t-elle



[ hrp: Je n'y manquerai pas, mais je n'en vois pas pour le moment. (: Je ne parle pas couramment le ndls, je suis simplement des cours à l'école ^^' Ce n'est pas grave, on peut alterner avec des plus petites réponses ! (: ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joacquim Fisher

☼
avatar

Masculin
Messages : 143
Localisation : Sur les flots à bord du tempête.
Humeur : toujours vaillante!

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Sam 2 Avr - 3:16

Bien content d'avoir enfin pût trouver quelqu'un qui allait pouvoir l'aider en baragouinant quelques mots de néerlandais, le brave petit gars qu'était Joacquim n'en fût que plus motivé pour essayer d'apprendre cette langue. Après tout s'il avait été foutu de l'apprendre à Boston, il n'aurait pas à demander à quelqu'un de lui donner des cours!
Ce n'est qu'alors qu'il terminait sa phrase qu'il pût remarquer cette étrange grimace sur le visage de son interlocutrice et un hochement de tête négatif. Avait-elle mal compris? Il avait sûrement parlé beaucoup trop vite ou peut-être ne comprendrai-elle pas du tout...
C'était sûrement ça, comme lui même avait essayé de parler en Anglais pour la saluer, elle avait sûrement sortît une phrase toute faite pour lui faire plaisir. Ce n'était pas étonnant étant donné sue lui-même n'avait fait que reproduire ce schéma grossier un peu plus tôt.

Joacquim vît donc son sourire s'atténuer, il ferait avec tans pis... C'est dommage car il aurait été plus facile de pouvoir demander de pouvoir lui demander directement des mots de vocabulaire mais tans pis... Il ne pourrait compter que sur la ressemblance de certains mots tels que "wood" et "hout" pour se faire comprendre ou encore des mots replacés dans leurs contexte pour des phrases plus complexes.
Néanmoins se sourire se retrouva alors qu'il protestait à haute voix contre cette décoiffeuse imprévisible! Récupérant son balais, Joacuim grimaça ensuite en écoutant la phrase qu'on prononçait, 5 mots seulement mais tandis qu'il devinait vaguement le sens de l'un, l'autre posait un problème bien plus important :

- Billie teaching English to Joacquim (Billie apprendre anglais à Joacquim)
Ayant récupéré le balais par la même, Joacquim associa cette phrase avec le balais ce pourquoi il se gratta la tête : un mot qui finissait en "ing" était toujours un verbe mais qu'avait-il à faire là et surtout comment un seul mot en rapport avec le balais qu'elle lui rendait pouvait modifier la phrase à ce point? Ça n'avait pas de sens, encore moins si "teaching" signifiait balais! gêné de sa maladresse, il avoua en haussant les épaules.
- I sorry, I no understand teaching (Je désolé, je pas comprendre "apprendre")

hrp : nouvelle technique, je fais les phrases en Anglais, ça permet de mieux se rendre compte. C'est ta LV1 ou 2 le néerlandais? Et tu fais qu'elle autre langue si tu fais pas Anglais?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Dim 3 Avr - 21:16




Apparemment - en tout cas vu l'air dubitatif du jeune garçon -, la phrase n'était pas entièrement avalée. Elle sourit cependant, prête à lui expliquer ce qu'il n'avait pas compris. De toute manière, le capitaine ne lui avait encore rien ordonné, et elle avait donc un peu de temps libre devant elle. Autant le mettre à disposition des autres, plutôt que de rêvasser dans son coin. Elle s'inquiétait plus pour le mousse, qui était en train de nettoyer le pont. Qu'arriverait-il si quelqu'un le trouvait là, en train de converser avec elle ? Soit. Elle prendrait de toute façon sa défense.


- I sorry, I no understand teaching (Je désolé, je pas comprendre "apprendre")


Prenant à cœur son rôle de professeur de fortune, elle s'appliqua également à rectifier ses légères erreurs.


._Not " I sorry ". Just " Sorry ! ". To teach is to learn. ( Pas " Je désolé ". Juste " Désolé ". Apprendre, c'est apprendre. )


Elle illustrait ses propos par des gestes simples. Billie avait toujours beaucoup gesticulé lorsqu'elle s'exprimait. C'était quelque chose qui faisait rire sa mère à chaque fois. Et c'est sans doute pourquoi la jeune femme n'essaierait jamais d'arrêter.

Mentalement, elle encourageait son nouvel ami. Elle savait qu'il arriverait un jour à parler aussi bien l'anglais qu'elle, s'il s'y appliquait correctement. Qui a dit qu'un pirate n'était qu'un sale ignorant imbécile ?



[Hrp: J'ai appliqué ta technique pour la compréhension ! Vraiment toute petite réponse, je l'avoue .. ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joacquim Fisher

☼
avatar

Masculin
Messages : 143
Localisation : Sur les flots à bord du tempête.
Humeur : toujours vaillante!

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Lun 4 Avr - 12:10

Oubliant une fois de plus totalement son balais, Joacquim accorda toutes ses facultés de concentration à essayé de comprendre ce qu'elle lui disait... la petite préposition qu'elle avait mis devant teach lui indiquait qu'il s'agissait d'un verbe et c'était au moins une des facilitées de cette langue qu'était l'Anglais : elle n'utilisait pas de conjugaison ce qui simplifiait beaucoup l'expression orale même s'il n'était pas beaucoup avancé s'il ne comprenait toujours pas la phrase...
Learn lui parlait un peu plus, ainsi donc il pouvait comprendre que si lui apprenait, elle LUI apprenait... Pour confirmer, il lui demanda.

- I learn english, you teach I english? (J'apprends l'anglais, vous enseignez je l'anglais?)
Il était encore un peu hésitant mais commençait à prendre confiance au fur et à mesure que ce jeu de devinettes progressait. Une fois encore, il adressa à son institutrice le grand sourire chaleureux et reconnaissant dont il avait le secret. Après cela, parce qu'après tout il avait un pont à briquer, il reprît le balais et avança sur un petit mètre en poussant la frontière, s'arrêtant au bout pour se retourner et lui poser une question. Ainsi s'installait un rythme de travail original où Joacquim alternait balayage et conversation. Bien entendu le mieux aurait été de se concentrer uniquement sur la conversation mais Joacquim avait quand même un peu peur qu'on le prenne la main dans le sac à "glander", d'autant plus peur que jusqu'à maintenant il était nouvel arrivant et on ne lui avait pas demandé grand chose...
- You is here when? (Vous est [3ème pers sing] ici quand?)

hrp : dsl un peu court aussi, mais on est pas non plus obligés de faire des posts de trois bornes de long tant qu'on se réponds vite ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Lun 11 Avr - 11:35




._Yes ! ( Oui ! )

Elle avait presque crié, sans même s'en rendre compte. Elle était tellement heureuse que le contact commençait à passer, qu'elle en oubliait même où elle se trouvait, et pourquoi elle y était. Car il fallait avouer qu'il était bien rare de trouver des pirates enseignants. Il était même rare de trouver des pirates instruits, à vrai dire. Mais puisqu'elle venait d'une toute autre éducation que la plupart des forbans qui pillaient les navires sur tous les océans, elle en connaissait tout de même un rayon. Durant un bref instant, elle se demanda si son père était également vu comme cela, dans le monde de la piraterie. Comme un instruit qui ne sert pas à grand-chose. Pourtant - et elle le savait pour lui avoir maintes fois demandé de lui apprendre à manier le sabre étant petite - son père était une fine lame. Et il n'avait rien d'inutile à bord d'un vaisseau, qu'il soit pirate ou non.

Il y eut un grand échange de sourires entre les deux jeunes gens, qui dura une bonne minute. Cela rassurait Billie, de voir que même ici, il était possible de trouver des gens bons. Elle se demandait d'ailleurs ce qui avait pu attirer ce pauvre garçon sur le Prince des Tempêtes. Mais il était trop tôt pour lui demander de lui raconter son histoire. Plus tard, peut-être ...

Puisqu'elle n'avait - pour le moment - rien de plus important à faire que de flâner sur le pont, elle observa le jeune mousse nettoyer le pont. Celui-ci lui retournait parfois une parole ou deux.



- You is here when? (Vous est [3ème pers sing] ici quand?)



Question qui paraissait logique, après les brèves présentations. Son anglais était encore loin d'être parfait, mais on pouvait le comprendre aisément. - en tout cas ici. Elle n'entreprit donc pas de rectifier ses structures, ce qu'elle ferait quand il aurait plus de vocabulaire. Sinon, il ne ferait que s'embrouiller d'avantage.



._I'm here since two weeks. ( Je suis ici depuis deux semaines. ) And you ? ( Et toi ? )



Encore une fois, elle avait pris la peine de détacher chacun de ses mots, et de les citer avec lenteur, afin que Joacquim puisse la suivre.



( Hrp: Voilà, désolée de l'attente ^^' )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joacquim Fisher

☼
avatar

Masculin
Messages : 143
Localisation : Sur les flots à bord du tempête.
Humeur : toujours vaillante!

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Lun 11 Avr - 12:19

Le jeune blondinet sursauta quand la pirate face à lui s'écria un tonitruant "Yes!!" à faire peur. Néanmoins il ne resta pas effrayé bien longtemps, comprenant sans mal que c'était un cri de joie. Néanmoins cette explosion, plus encore que le faire sourire, le fît rire aussi mettra-t-il sa main devant sa bouche pour dissimuler un petit rire gentiment moqueur. Une fois ceci passé, il exprima à nouveau sa gratitude. Une gratitude plus encore pour s'intéresser à lui qu'uniquement car elle lui enseignait l'Anglais, le jeune garçon avait tant craint d'être la cible de quolibets, laissé pour compte, c'était une vraie délivrance de découvrir dès son premier jour sur ce bateau quelqu'un qui s'intéressait à lui, l'aidait était patiente... Une amie en fait!
La Boétie avait toujours dit que les forbans ne s'entraiment pas mais s'entre-craignent, pourquoi alors dans cet équipage de bois sans soif y avait-il quelqu'un qui semblait bien vouloir l'aider? Lui un enfant inoffensif?
Naturellement Joacquim n'était pas au courant de ces réflexions philosophiques tenues quelques siècles plus tôt mais en tout cas, son premier contact avec le monde de la piraterie s'avérait positif.

- Thanks Help me (merci aidez-moi)
Continua-t-il dans ce même registre, champ lexical de la reconnaissance et la gratitude avant de se consacrer à moitié à la serpillère. La seconde question tomba peu de temps après, Joacquim se concentra pour y répondre.
- I since day before (Je depuis jour avant)

hrp : dsl sur la fin! plus de batterie et d'internet! je finis à l'arrache pou que tu puisse continuer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Dim 24 Avr - 21:06




Le garçon lui sembla extrêmement reconnaissant. Il la remercia avec un grand sourire.


._You're welcome ! ( De rien ! ), lui répondit-elle tout aussi chaleureusement


Elle ne prit pas la peine de s'expliquer - même si elle avait continué à parler lentement pour qu'il puisse la comprendre. Elle savait au fond d'elle que Joacquim comprendrait tout seul la raison d'être de ces mots. Après tout, il avait l'air de s'y connaître en politesse. Il lui expliqua qu'il était ici depuis la veille. Billie se demanda alors ce qui avait pu pousser un gamin aussi jeune à s'engager dans la piraterie. Ce garçonnet avait-il connu les plus grands maux du monde, pour se retrouver ici ? Etait-ce pour lui un tout dernier recours, une façon de survivre ? Ou bien tout cela ne représentait-il qu'un jeu pour lui, un rêve d'enfant ? Elle se mordit la lèvre, consciente qu'il était encore bien trop tôt, et qu'il ne connaissait pas suffisamment l'anglais, pour pouvoir lui poser la question. Plus tard, peut-être .. De plus, il n'était rien de plus grossier que de demander à quelqu'un de vous raconter son histoire. Les pirates n'en racontent que très rarement des belles, et les gens n'aiment pas en parler.

Pour elle, bien entendu, c'était différent. Elle voyait tout cela d'un œil différent. C'était une fierté, de suivre la trace de son père, même si elle aurait préféré que celui-ci ne soit pas obligé de fuir, et que sa mère soit encore en vie. Elle aurait aimé que ces soldats ne débarquent jamais chez elle comme des brutes. Elle aurait désiré qu'on lui explique bien plus tôt la raison de tous ces maux ... Mais aujourd'hui qu'elle savait, rien n'avait plus d'importance. Elle s'était toujours dit qu'il était mauvais de s'attacher au passé, que ce n'était qu'un poids mort. Elle voulait aller de l'avant, et ne penser qu'à de bons souvenirs de ses parents.

Ignorante de l'histoire de l'enfant, elle eut de la peine pour lui. Et s'il avait, lui aussi, perdu ses parents ? Elle lui ébouriffa encore une fois les cheveux, dans un geste d'affection, en tentant de garder un grand sourire aux lèvres. Elle lui devait bien ça, à ce petit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joacquim Fisher

☼
avatar

Masculin
Messages : 143
Localisation : Sur les flots à bord du tempête.
Humeur : toujours vaillante!

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Dim 24 Avr - 22:19

You're welcome? Le sens de ces mots n'était pas très difficile à comprendre effectivement puisque le sens propre se rapprochait beaucoup de la traduction littérale. Le blondinet n'eût donc pas besoin de cogiter longtemps!
Avant de se laisser à nouveau prendre par surprise, Joacquim resta quelque peu immobile à regarder son interlocutrice un peu plus en détail, jeune fille très jolie en plus d'être chaleureuse! Qu'elle chance il avait eu d'être si bien tombé, au moins y avait-il une personne sur ce bateau pour le comprendre...
Enfin au figuré puisque pour ce qui était du sens propre, c'était pas encore tout à fait au point...

C'était alors qu'il était appuyé sur son balais, le menton posé sur le haut du manche à balader ses yeux sur l'horizon qu'une autre main vînt une fois de plus malmener son cuir chevelu.

- (Néerlandais) Hé! Mais! mais!
Se prenant au jeu, il lâcha le balais et plaqua ses mains sur le haut de son crâne pour faire semblant de se protéger tout en laissant un regard faussement sévère à la donzelle : froncement des sourcils, cou rentré comme pour se protéger et bouche exagérément pincé, tout y était à part le sérieux dans cette grimace du mécontentement simulé.
Bien-entendu cela ne dura pas bien longtemps avec que le jeune garçon n'explose de rire de bon cœur espérant bien entraîner avec lui Billie. Le problème c'est que les instants de bonheur sont jamais bien éternels.


- (Anglais) Hé dites donc vous deux!!
Joacquim cessa de rire et se retourna pour voir un marin excessivement intimidant et poilu se rapprocher de leur duo d'un air sévère et même... Sadique?
- (Anglais) Ça fait un moment qu'je vous observe, un moment qu'tu glandes toi! Le capitaine t'a pas embauché pour tailler la bavette que je sache? alors frotte!
Joacquim n'avait pas compris grand chose de ce discours mais il avait saisit les mots les plus importantes et surtout le sens car, remît dans le contexte, un tel sermon ne pouvait pas être gratuit et était donc sans doute relié à la serpillère qu'il tenait dans ses mains et qui était en train de sécher...
Il y avait dans ces yeux cette petite lueur de ceux qui aimaient bien flanquer la frousse aux gamins, comme ce jour de marché où il s'était rapproché d'un stand pour piquer une pomme et qu'avant même qu'il ne passe à l'acte, le vendeur l'avait fait fuir en lui disant avec un rictus qu'en Amérique on coupait les mains des enfants qui piquaient les pommes sur le marché.
Était-ce sérieux ou seulement pour lui faire peur? Était-ce pour s'amuser ou réellement par plaisir d'effrayer? Joacquim ne l'avait jamais trop sût mais en tout cas il n'avait pas été pressé de le découvrir.
Ce même rictus sadique, cette petite étoile brillante dans les yeux, il la retrouvait chez ce pirate et ça lui faisait peur... Après, si on pensait de manière rationnelle, il restait difficile à croire qu'on allait vraiment le condamner pour pas avoir balayé assez vite mais après tout il n'était pas dans un endroit où s'appliquait la règle de droit ici! Et de toute façon cette règle étant déjà assez cruelle comme ça, en tant normal, Joacquim ne comptait pas donner une occasion de s'énerver à ce sale type aussi en déglutissant, il affirma de la tête.

- Aye Aye sir (chef oui chef, un truc dans le genre très formel)
Et baissa tout de suite les yeux vers le sol et sa serpillère qui avait reprît sa course folle d'allers et venues frénétiques sur les planches du bateau (la frayeur donne toujours du cœur à l'ouvrage).

Apparemment bien content de lui, le marin se redressa et son regard s'arrêta sur Billie. il l'a fixa elle aussi d'un air mauvais avant d'ouvrir sa bouche qui respirait la menthe fraîche (ironie) à trois kilomètres.

- (Anglais) Qu'est-ce que tu regardes toi?

hrp : je fais un traduction seulement quand il y a lieu d'être pour mettre en évidence des fautes d'Anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Dim 24 Avr - 22:48




Après avoir affiché une grimace boudeuse, Joacquim éclata de rire, très vite suivit de Billie. Elle savait que ce geste ne l'embêtait pas vraiment. Malheureusement, cette jolie petite scène fut bien vite interrompue par une voix bourrue et une haleine qui puait l'alcool à des kilomètres.


- (Anglais) Hé dites donc vous deux!!


Non mais qu'est-ce que c'était que ce truc ? Une armoire à glace se dirigeait vers eux, l'œil mauvais. Elle ne sait pas pourquoi, mais la jeune femme eut l'impression que le mousse fut impressionné par la masse qui avançait dans leur direction. Il y avait en effet de quoi .. Une grande cicatrice ornait son œil, et sa pilosité ressortait en tous les endroits.


- (Anglais) Ça fait un moment qu'je vous observe, un moment qu'tu glandes toi! Le capitaine t'a pas embauché pour tailler la bavette que je sache? alors frotte!
- Aye Aye sir (chef oui chef, un truc dans le genre très formel)


Billie toisa le matelot. S'il croyait qu'il lui faisait peur, c'était raté. Juste un pirate mal luné ...


- (Anglais) Qu'est-ce que tu regardes toi?


Là, c'en fut trop. La matelote se redressa de tout son haut - bien qu'elle fut assez petite - et bomba fièrement le torse en fronçant les sourcils. Pour qui il se prenait, cet abruti ?

Elle attrapa la serpillère du garçon d'un geste vif et en plaça l'extrémité à quelques centimètres à peine du visage de l'autre grand gaillard.


._Non mais pour qui tu te prends, le balafré ? Tu n'as aucun droit sur ce navire, et si je décide de réquisitionner ce mousse afin de lui parler, tu n'as rien à redire, entendu ?!, pesta-t-elle


Elle n'avait pas attendu de voir si l'armoire à glace était impressionnée ou non par son discours. Elle lui flanqua " malencontreusement " la serpillère encore mouillée dans la figure et lui décocha un regard qui signifiait " Casse-toi avant que je te casse la gueule ". D'accord, venant d'une femme d'un mètre soixante et des poussières à la tignasse blonde et au visage enfantin, c'était pas super effrayant. Mais il y avait toujours eu, dans le regard de Billie, un petit quelque chose qui flanquait la frousse. Rien de réellement effrayant, plutôt une détermination déroutante, et une lumière qui indiquait qu'elle était prête à tout, et n'avait peur de rien. Ce n'était pas de la folie, mais on pouvait croire.

Elle tendit ensuite son outil en souriant à Joacquim, qui admirait la scène depuis le début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joacquim Fisher

☼
avatar

Masculin
Messages : 143
Localisation : Sur les flots à bord du tempête.
Humeur : toujours vaillante!

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Lun 25 Avr - 9:02

La réaction de Billie surpris tout autant le matelot que le jeune mousse. Joacquim, se faisant arracher le balais des mains, serra les dents de peur de ce qui allait ensuite venir. LE type, bien mécontent de s'être pris une serpillère trempée dans la figure, saisit impulsivement Billie par le col avant de lever son poing.

Il la regarda comme ça pendant une ou deux secondes mais ce fût suffisamment de temps pour que le gosse, prenant son courage à deux mains, ne daigne à réagir ne serait-ce que verbalement.

- No! It's me not work! Let her alone! (non! c'est moi pas travailler! Laissez-la tranquille!)
Cette phrase toute faite, Joacquim avait pût l'apprendre assez tôt et faisait partit donc des rares phrases qu'il alignait sans faire d'erreur. Laissant échapper un ricanement méprisant, le pirate lâcha finalement Billie.
- (Anglais) Attends qu'on soit à terre toi...
Et s'éloigna finalement du petit couple. Joacquim se précipita donc vers sa sauveuse
- You're allright? (vous n'avez rien?)
Là aussi, phrase toute faite qu'il connaissait par cœur sans vraiment connaître le sens des mots séparés. Peu après cela, il ressaisirait sa serpillère pour se remettre au travail d'un air désolé.
- I must clean (Je dois nettoyer)
Il manquait le complément à cette phrase mais Joacquim ne connaissant pas le mot "pont", il se dit que ça irait bien, elle le comprendrait...
- Thank you
Dit-il quand même avant de lever la serpillère vers Billie et la rapprocher de son visage en tirant la langue, faisant un bruit étrange de gargouillis, pour rire encore une fois.
Après cela, il faudrait qu'il se remette au travail, pas que ça l'enchantait mais ce type avait raison au final...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Lun 25 Avr - 10:20



Elle n'avait pas trop eu le temps de réaliser que ses pieds étaient à dix centimètres du sol. Le matelot avait saisit Billie par le col et la maintenait en l'air, tout en préparant son poing. La jeune femme serra ses mains autour du poignet du malabar, ferma les yeux et attendit le choc. Ce n'était pas la première fois qu'elle se prenait un coup de poing dans la figure, et en général, sa répartie ne se faisait ensuite pas attendre. Elle se demandait seulement ce qui se passerait ensuite, quand le capitaine apprendrait que deux de ses " hommes " s'étaient battus entre eux. Serait-elle renvoyée de l'équipage ? Ou pire, jetée par-dessus bord ? Sa seule consolation était qu'au moins, l'autre la suivrait.

Mais rien de tout cela ne se produisit, et à la place, elle entendit la voix implorante du jeune mousse.


- No! It's me not work! Let her alone! (non! c'est moi pas travailler! Laissez-la tranquille!)


L'armoire à glace ricana d'une manière que Billie trouvait exaspérante, et la reposa au sol - enfin, il l'avait plutôt laissée tombée comme une masse, et elle s'était retrouvée le cul dans la poussière. Elle leva les yeux vers lui et lui lança un regard noir, mais le matelot la fixait également.


- (Anglais) Attends qu'on soit à terre toi...


Oui, c'est exactement ce que se disait la matelote. Inutile de préciser que si elle le rencontrait à nouveau hors du Prince, elle règlerait ses comptes avec lui une bonne fois pour toute. La blonde avait toujours été d'un caractère bagarreur, et elle n'avait pas peur de s'en prendre à plus grand qu'elle.

Il disparut en ricanant, et le garçon se précipita vers elle, un air inquiet collé au visage.


- You're allright? (vous n'avez rien?)


La jeune femme se releva et massa son coxys.


._Yes, it's ok !, fit-elle en riant ( Non, tout va bien ! )


Elle aperçut le mousse serrant sa serpillère contre lui d'un air gêné. Il n'avait même pas besoin de piper mot pour qu'elle comprenne qu'il pensait qu'il valait mieux qu'il se remette à l'ouvrage. Elle pensait pareil, d'ailleurs. Et puis, il était aussi temps pour elle qu'elle aille voir si l'on n'avait rien à lui confier comme corvée.

Il la remercia, et brandit son balai en direction de Billie, le regard joueur, et en tirant la langue. La jeune femme rit de bon cœur, ébouriffa une dernière fois la crinière blonde du mousse, et lui déposa un léger baiser sur le haut du crâne. Elle s'éloigna en direction des cabines, et lui lança:


._See you ! ( Littéralement; à plus ! )


Elle lui tourna le dos et continua d'avancer, tout en se demander s'il avait pu comprendre le sens de cette dernière phrase. En tout cas, se dit-elle, elle s'assurerait que ce serait bientôt le cas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joacquim Fisher

☼
avatar

Masculin
Messages : 143
Localisation : Sur les flots à bord du tempête.
Humeur : toujours vaillante!

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Lun 25 Avr - 12:06

Joacquim s'était donc bien précipité sur la jeune femme pour la saisir par le bras afin de la remettre sur ses pieds même si en définitive, sa taille de crevette ne lui fût pas d'une grande utilité pur l'aider à retrouver une station debout.
Regardant s'éloigner l'homme d'un air mauvais, la mauvaise humeur transmise laissa vite place à nouveau aux rires et à la bonne humeur! Finalement il était donc apaisant de constater que ce genre de maux n'était pas contagieux!

Après qu'elle ait achevé de mettre ses cheveux dans tous les sens, le gamin reprît donc sa serpillère. Debout avec la chose dans les mains, il ressemblait presque à un soldat de la couronne avec son fusil , le portrait fût encore plus frappant une fois que Billie ait déposé un baisé sur son front : comme il piqua un fard, Joacquim avait maintenant la même couleur que celle des uniformes des soldats de sa majesté.

Il ne compris pas la phrase qui suivît, et pour le moment il s'en moquait un peu puisqu'il regardait s'éloigner son interlocutrice avec un sourire béa. Secouant la tête pour chasser cet immobilisme, il se remît donc au travaille de plus belle. "Je te vois", qu'est-ce que cela pouvait bien dire? Sans doute encore une subtilité de la langue! Il apprendrait, Joacquim voulait toujours apprendre beaucoup de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billie Joe Carter

☼
avatar

Féminin
Messages : 99
Localisation : Là où se trouve la liberté.
Humeur : Où est le rhum ?

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   Ven 29 Avr - 20:41




SUJET TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un petit air de liberté. ( Sujet terminé )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap à l'Ouest ! :: On embarque, matelot ! :: Le Prince des Tempêtes :: Le Pont-