..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelles inscriptions : Quelques conseils.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scarlett C. Lewis

☼
avatar

Féminin
Messages : 1828
Localisation : A la proue de mon navire !
Humeur : Massacrante

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Nouvelles inscriptions : Quelques conseils.   Sam 19 Fév - 12:34

Bonjour à toi, invité, membre à double-compte et autre marin d'eau douce ! Si j'écris ce message c'est pour vous donner quelques consignes quant au personnage que vous créerez peut être sur Cap à l'Ouest : Après concertation avec le staff, nous avons remarqué qu'il y avait beaucoup trop de femmes pirates pour que le forum reste réaliste.
En effet, on peut faire des exception -mon personnage même en est une >_>-, mais là, il y a beaucoup, beaucoup trop d'exceptions. Voilà donc quelques conseils pour la réalisation de votre personnage :

  • Si vous voulez jouer un pirate, préférez des hommes. C'est important, vraiment, pour garder une atmosphère vraisemblable, vous le comprendrez sans doute. Si vous tenez vraiment à incarner une femme pirate, il vous reste les prédéfinis du Hell's Ship et du Prince des Tempêtes. Les rôles importants -type maître voilier, cuisinier, etc.- du Hell's Ship sont également encore disponibles. Mais les simples matelots devront de préférence être des hommes, même si un accès au Hell's Ship sera possible. Tâchez cependant de veiller à ne pas déséquilibrer les effectifs des équipages (voir les navirs sur la page d'accueil.)

  • Si vous tenez absolument à jouer une femme, mais pas à être pirate, parfait ! Il vous reste la possibilité de travailler à Tortuga de manière plus ou moins recommandable ou de vous établir à la Jacressarde où des posts décisifs sont encore libres ! Surtout gardez en tête que peu de femmes arrivent à s'introduire dans le milieu des hommes. Ce qui ne vous empêche pas d'être meneuse dans un milieu féminin. Soyez créatifs ! Les emplois proposés dans la liste des métiers ne sont pas les seuls possibles sur le forum, et de très nombreuses possibilités s'offrent à vous, comme jouer une élégante riche et arrogante pour donner une autre dimension à l'île -nous pouvons créer des lieux si vous nous faites des suggestions originales-, ou encore devenir patronne de la maison de passe de l'île ! Beaucoup de possibilités s'offrent à votre petite femme ambitieuse, sans qu'elle prenne la mer, c'est sale et dangereux.

  • Voici une liste de suggestions de personnages féminins à prendre d'urgence, sans tomber dans le cliché de la super-girl pirate -non, non, Scarlett n'est pas un cliché.. =P.

    Renée Vivien - ou Chansons pour mon ombre.

    image de base
    Métier : Tenancière de la Jacressarde.
    Statut : Libre


    Elle paraît encore jeune, malgré quelques cheveux blancs qui s'égarent, reflets de ses inquiétudes. Il y a quelque chose en elle qui vous séduit - un sourire léger et doux, le délicat murmure du velours de sa robe, ou encore ses yeux clairs qui s'égarent ... Et pourtant ! Il y a quelque chose qui fait que votre main s'arrête, que votre gaieté s'estompe ... Et puis Renée s'avance vers vous, boitant sur une jambe morte, appuyée sur une canne de fortune, que vous n'aviez point vue encore - et vous sentez alors combien la beauté, c'est peu de chose. On sait d'elle qu'elle est veuve, et qu'elle a gardé cette pension noircie par les choses après la mort de son mari. On ne sait d'où elle tient cette infirmité douloureuse, depuis quand elle traîne la jambe, montant les escaliers avec fracas et douleur. Et que dire encore de son étrange et malhonnête ouvrage ... ? Certains y voient la charité malheureuse, beaucoup d'autres une besogneuse avidité. C'est qu'outre son bonnet à rubans et sa robe du dimanche, Renée possède bien peu de choses pour elle-même. Non pas qu'elle donne à tout va aux nécessiteux qui passent, ce serait là bien trop présager de sa bonté ! Mais elle se ruine pour donner un peu d'espoir à ses deux enfants, qui sont nés de rien. Pour garder encore debout une maison branlante, qui s'effondrera un jour, comme rongée de l'intérieur. Comme une vaine tentative de reconstruire ce qui est né dans la fange, ce qui pourrit aujourd'hui.

    Relations : Elle voue presque exclusivement le petit lot d'amour en réserve à ses deux enfants , quand elle le peut. L'aîné, Hyacinthe, issu de son mariage, voudrait partir, tandis qu'elle aimerait le lier à elle, à la maison. Et il y a la plus jeune, Athénaïs, celle qui est venue bien longtemps après la mort de M. Vivien, celle qui aurait dû être une fille de la honte, et que Renée, contre toute attente, a élevée en petite dame. Elle les oublie parfois un peu, ses enfants, dans les bras d'un homme de passage - pour l'heure, c'est l'étrange locataire de la première chambre, celui qui a fui pour dettes et ne paie jamais son dû. Mais comment lui en vouloir, à Renée ? Peut-on à sa place être une femme constante ... ?


    Athénaïs Vivien - ou Flambeaux éteints.

    image de base
    Métier : Fille de Renée Vivien - père inconnu.
    Statut : Libre


    La petite Athénaïs a grandi dans l'ombre d'un rêve qui était trop beau pour elle. Blanche, fine et fragile, elle semblait de ces fleurs sauvages qui poussent n'importe où, mais qui paient leur beauté en ne vivant qu'un jour. Renée la choya ainsi, comme un trésor éphémère que l'on perd trop vite. Et, hasard ou miracle, l'enfant survécut. Alors sa mère aima d'autant plus la petite fille, la jeune femme qui se profilait dans ces grands yeux-là et, comme pour la rendre plus belle encore, la berça d'histoires et de promesses comme autant de remèdes au monde gris et noir qu'elle côtoyait. Elle vécut alors, l'enfant, ployant sous le lourd secret de sa naissance - interrogeant plusieurs fois sa mère, qui ne daignait désigner que la mer qui avait apporté et repris cet amant sans nom. A côté de cela, Renée la préserva comme elle put du monde pourri et souterrain qui créchait dans ses combles, dans sa cour - si bien que cela devint quelque chose de communément admis : on touchait parfois à la mère, on n'approchait pas la fille. Mais cela suffit-il ... ? Athénaïs regardait, parfois, le bal triste et comique des clochards, dans la cour. Peinant sous le mystère de sa petite vie de recluse, elle fit à ces tristes images - mendiants, enfants trouvés, femmes en haillons, tout son enseignement. Elle n'est plus si naïve, Athénaïs : elle a beau avoir un nom de grande dame, elle connaît sa disgrâce. Et si elle a encore la jeunesse de ses rêves, elle n'a plus la témérité de penser les réaliser un jour.

    Relations : Athénaïs a maintenant quinze ans, et ses robes de petite fille, dévoilant encore ses chevilles, cachent bien mal ses attributs de femme. Les regards qui tombent sur elle ont changé de nature - mais le voit-elle ? Renée murmure à présent : Athénaïs doit partir ! Mais la jeune fille ne voit là qu'une lubie de sa mère, et n'a jamais pensé son départ possible.


    Chloë Stahl- ou De Charybe en Scilla.
    image de baseMétier : Prostituée & agent double au service de la marine royale anglaise.
    Statut : Libre

    Tout le monde n'a pas la chance de naître heureux. Chloë, elle, est née dans la terre, fille d'agriculteurs écossais. Pauvre, destinée à un destin étriqué et encore plus pauvre, peut être. On dit qu'elle a fuit l'Écosse pour trouver un travail à Londres, et que c'est là qu'elle a été embauchée comme prostituée. C'est que que tout le monde croit, tant mieux pour Melle Stahl car s'ils savaient... Elle ne vivrait pas longtemps. Ils ignorent qu'elle est allée réclamer du travail chez les représentants de la marine royale. Même pour finir cuisinière, pas question d'accepter ce qu'on lui proposait dans les faubourgs de Londres... Son contrat disait espionnage. La vérité, à Tortuga, fut tout autre...
    Communicant avec eux par pigeons voyageurs, elle est souvent soumise à des menaces de marins déguisés en forbans qui viennent lui rappeler son engagement quand ses lettres se font trop attendre. Elle doit tout dire, dans les moindres détails. Femme-outil humiliée et désillusionnée, elle rêve parfois de se venger d'eux tous, qui ignorent ce qu'elle ressent. Toute cette peine, toute cette haine, qu'elle cache et refoule. Elle voudrait tuer, lacérer, être crainte, mais n'est finalement qu'une fille de joie manipulée, sans destin.

    Relations: Tout pirate, même un mousse timide, a un secret. Le rôle de Chloë est de le découvrir et de le leur livrer. Voilà pourquoi elle joue les jeunes filles sociables et n'hésite pas à s'intégrer dans des groupes en pleine conversation, posant ses questions d'un air candide. Sa vie n'est que ce jeu de rôle qui ne cessera jamais, succession de trahisons envers ces hommes qu'elle déteste plus les uns que les autres, pour le service d'hommes qu'elle hait bien plus encore.


    Diane d'Artaud - ou l'Art de la Guerre.

    image de base
    (Contacter Hermance Chaix d'Estange pour de plus amples informations)
    Métier : Armurière
    Groupe : Insulaires

    Diane d'Artaud, triplement veuve à l'aube de sa quarantaine, mène une existence étourdissante de vitesse. Elle s'était mariée la première fois par devoir, la seconde, par amour, la troisième, par désespoir, et ses maris en disaient plus long sur sa vie que tout un livre l'aurait fait.
    Lorsqu'elle était Madame Diane d'Auteuil, elle était jeune, mère débordée, gentille et plutôt docile malgré son caractère. Son mari, riche importateur de sucre, avait décidé de s'installer à Saint-Domingue par commodité, et ce fut le plus beau jour de la vie de Diane, lorsqu'elle sut qu'elle allait voir le Monde. Mais vite, son tempérament Libre reprit le dessus, et apprenant que son mari était touché par la Phtisie, elle le laissa à son sort.
    Elle devint Lady Cantebury si vite qu'elle ne s'en rendit pas compte tout de suite. Lord Cantebury était officier de la Royal Navy et voyait sa femme autant comme un camarade qu'une épouse. Il lui apprit, à sa demande, comment manier les armes à feu, et cela devint pour la jeune femme une véritable passion. Il écoulèrent presque dix ans ensemble. L'enfant né de leur union fut emporté par le croup avant ses trois ans, et son mari périt dans la Bataille des Cardinaux. Elle ne se remit jamais totalement de cet échec, et bascula du mauvais côté.
    Son troisième mari, Artaud, était armurier à Tortuga, et elle resta avec lui le temps de se faire une place au sein de l'ile. Et puis elle devint veuve.
    Mauvais caractère, mœurs libres, parcours désastreux, Diane n'est pas une Dame, quoi que ses manières en disent, c'est une guerrière redoutable qui se bat contre la Mort en vivant le plus qu'elle peut.
    Relations: De son frère, elle n'a pas eu de nouvelles depuis des années. Elle l'imagine toujours dans son petit fief avec ses petites habitudes, et si elle venait à le croiser dans sa déchéance, son cœur se briserait. Sa fille est grande, à présent, et en bonne voie de suivre le chemin de sa mère. Elles s'entendent très bien. Probablement qu'elle a croisé quelques pirates du Bloody ou de l'Amphitrite.



    Maria Luz - ou Philtres d'amours

    image de base
    Métier : Exploratrice établie sur Cozamatolt. Elle ne cesse d'y dire qu'il y a assez de mystères ici pour y rester.
    Statut : Libre

    Comment, vous n'avez jamais entendu parler de Maria Luz ? Vraiment ? Mais tout le monde la connaît ! Maria Luz, pour se protéger de sa popularité, a appris à faire peur aux gens, leur montrant des mystères trop grands… Et ça a marché. Peu osent l'approcher, maintenant, sauf les amoureux transis qu'elle attire quand même à elle. On ne sait pas trop qui elle est. Avant, elle était fille d'un explorateur espagnol et l'a accompagné partout, rédigeant toutes leurs observations en mer. Elle aimait tant naviguer… Et puis, personne ne sait comment, elle s'est retrouvée seule et démunie sur Tortuga. Comme toute femme seule et démunie sur Tortuga, elle a travaillé quelques mois au Bordel, avant de partir explorer l'île. Cette soif de tout connaître, c'est comme une maladie, chez Maria. En côtoyant les insulaires, alors qu'elle devait avoir seize ans, elle s'est aperçue qu'elle avait du charme. Un incroyable pouvoir. Il lui suffisait de sourire, un homme tombait à ses pieds. L'île entière était amoureuse de Maria Luz, mais ça ne lui suffisait pas. Elle a séduit le capitaine d'un petit bateau, avec lequel elle a fait le tour des îles désertes qu'elle trouvait sur son chemin, trouvant à chaque voyage plus de matelots pour l'aider. Maria Luz, elle est comme ça, magique. Même les femmes s'inclinent devant elle tant son charme est grand. Elle sait en jouer ou ne pas en jouer. Maintenant qu'elle s'est installée sur Cozamatolt, elle ne l'utilise que rarement. Elle passe son temps à explorer l'île. Elle note tout dans d'énormes livres vierges. Les plantes, les oiseaux, les cascades. On se demande à quoi ça lui sert, elle ne répond qu'avec un sourire mystérieux, quand vous venez lui livrer sa réserve d'encre, le visage béat parce qu'elle vous a appelé. Ca aussi, c'est un mystère. On sent qu'elle nous appelle et on y va, c'est plus fort que nous. Luz est sûrement une sorte de fée bienveillante, ou quelque chose comme ça. Mais son mépris métallique de la dernière fois –je n'ai pas compris pourquoi, d'ailleurs- m'a fait tellement peur que je n'y retournerai pas de si tôt…

    Relations : Elle n'a pas d'amis, juste des amants, qui lui rendent visite, une lumière de convoitise dans les yeux. Elle n'a besoin de personne, elle observe chaque oiseau comme son ami le plus proche. Maria Luz aurait pu être la reine de n'importe quelle société, elle a préféré n'en connaître aucune. Sa seule véritable amie, sur laquelle elle n'exerce pas son charme (on ne sait pas vraiment si c'est un choix ou pas), c'est Sowana la voyante, avec qui les mystères semblent si évidents qu'une question peut parfaitement n'avoir pour réponse qu'un sourire énigmatique.


    Antoinette Pervenche du Marais - ou "La Princesse".

    image de base
    Métier : Elle a l'orgueil de se prétendre pirate, même si elle n'a aucun métier défini.
    Statut : Libre

    Avant, elle n'était qu'une jolie fille de riches, orgueilleuse mais sans ambition. Avant, elle dépérissait d'ennui, de l'ennui de ceux qui n'ont qu'à demander pour obtenir. Avant, on se pliait à ses caprices sans intérêt, avant qu'elle ne parte. Elle avait tout quitté sur un coup de tête, sans trop penser aux conséquences, sans s'imaginer que personne ne lui offrirait de dentelles neuves sur un bateau de pirates.Elle s'était laissé guider, envoûter par les belles paroles de ce mystérieux homme à l'air sauvage et solitaire. Elle s'était tournée vers l'océan, embarquée sur le Bloody Revenge dont l'homme était le capitaine. Etourdie de liberté, elle était devenue la concubine gâtée (ou l'objet décoratif) d'un capitaine froid qui la délaissa rapidement. Devenue princesse inutilement raffinée sur cet équipage de brutes, elle reste solitaire par orgueil, prisée par tous les hommes de l'équipage à qui elle s'abandonne pour rompre un quotidien obsédant de vide. Elle est libre, mais surtout sans attache ni repère, la princesse à la beauté dérisoire, et elle se laisse maintenant porter par le navire à l'aura sombre, sans espoir d'un changement quelconque.

    Relations : Caractérielle et orgueilleuse quand elle ne sombre pas dans une franche mélancolie souvent traduite par une fureur désespérée, Antoinette n'est pas ce qu'on pourrait appeler une personne simple. C'est sans doute pourquoi elle n'a pas d'amis et se contente de rapports minimes avec l'équipage du Bloody Revenge. Elle entretient une forte rancune mêlée d'admiration pour son capitaine. Dernièrement, elle se serait entichée de Jonathan Write, qui la méprise royalement. On ignore jusqu'où ira la vaniteuse pour le soumettre à son charme amer.

  • Et quelques hommes, pirates sanguinaires, des vrais ! :
    Mietek Maciol - ou Mon nom est Personne

    image de base
    Métier : Maître d'Equipage sur le Bloody Revenge
    Statut : Libre

    On ne se doute pas, en voyant l'homme, qu'il puisse exprimer une quelconque férocité, ou qu'il soit aussi solide qu'une falaise en bord de mer. L'homme est frêle, calme, froid, posé. Personne n'irait lui chercher des noises, sans qu'on sache cependant pourquoi. Seuls les plus anciens de l'équipage savent que la distance qu'on garde avec lui de manière instinctive est justifiée. Mietek, Polonais ayant d'après les dires de tous, fait le tour de l'Europe avant de s'exiler. On ignore s'il a été poursuivi par des autorités ou s'il fuit quelque chose que personne ne pourrait saisir, mais on sait qu'il est arrivé à Tortuga sans rien, et qu'il n'a eu aucun mal à se faire une place dans le milieu des pirates sanguinaires. Les plus jeunes embarqués sur le Bloody le voient comme un père protecteur et amical, et il l'est... Du moins, il l'est jusqu'à ce qu'il ne change d'avis. Rarement brutal, il est d'une cruauté et d'une férocité que personne n'explique quand il en a l'occasion et l'envie. Personnage ambivalent et sombre, il sait aussi bien se faire craindre qu'aimer, même si vous seriez plus prudent de le craindre...

    Relations : On ignore dans quelles conditions il a rencontré Alkemade, mais ils ont l'un en l'autre une confiance des plus solides. Mietek, personne discrète et peu ambitieuse, reste à sa place, laissant la gloire à son ami. Et cela leur suffit, du moins pour le moment. Qui sait comment pourra évoluer le moral du Polonais tempétueux ?

    Jan Steed Mainwaring - ou L'éternel second.

    image de base
    Métier : Maître d'équipage à bord du Prince des Tempêtes.
    Statut : Libre

    La vie de Jan Mainwaring aurait pu ressembler, sans doute, à celle de nombreux pirates sans envergure, qui gravitent d'équipages en équipages, espérant ramasser leur petite part, et construire leur petit pactole, au fil des jours, afin de pouvoir se retirer, infirme ou fatigué, dans une chambre miteuse d'une taverne bruyante ... Jan ne l'entendait pas ainsi. Taraudé par l'ambition et l'envie, il brigue les places les plus convoitées, et il a réussi à se faire un nom. On le craint à présent, mais est-ce pour les bonnes raisons ... ? Jan n'a pas son pareil pour monter les foules contre quelqu'un et il sait utiliser la frustration et la rancœur des laissés-pour-compte ... Afin de trouver sa propre place. Au demeurant, il semble plutôt sympathique, au premier abord, et pourrait presque inspirer la confiance : il parle bien, et ses propos sont toujours teintés de l'humour le plus acerbe et de l'ironie la plus franche - le soucis c'est que ça reste drôle ... Cependant, il eut bien des difficultés à retrouver une place. Sans fortune et ne pouvant jouer les capitaines, il a cependant trouvé une place de second sur le Prince des Tempêtes - étrangement, l'équipage est resté tranquille, et il n'a fait pour le moment que son travail.

    Relations : Se fiant au fier passé de notre mutin professionnel, on murmure, à terre, et l'on attend de voir revenir le navire géré par un nouveau capitaine ... Mais non. Cela ne se fait pas. Certains disent qu'il attend son heure, d'autres murmurent que le charme du capitaine a fait son œuvre, insidieusement - avant d'engloutir une gorgée de rhum, l'air moqueur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://capalouest.1fr1.net
 

Nouvelles inscriptions : Quelques conseils.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap à l'Ouest ! :: Toi ? Devenir pirate ? Laisse-moi rire... :: Ecoutez-moi bien, vous-autres !-