..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sowana Hadaly

*

Féminin
Messages : 31
Localisation : Dans la Maison Errante
Humeur : Rêveuse...
MessageSujet: Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]   Jeu 28 Oct - 13:20

Il ne faisait pas froid mais le vent balayait l'île depuis le milieu de la nuit. Avant de sortir de sa maison, Sowana avait pris soin de s'enrouler dans un lourd châle de qualité médiocre. Elle avait revêtu une robe si vieille que la couleur en était indéfinissable, peut-être quelque part entre l'ocre et le vert-de-gris, et s'était entouré la taille d'un foulard bordé de fanfreluches abîmées. Elle avait enroulé une sorte d'étole aux reflets délicats autour de son cou, puis avait jeté le châle noir sur ses épaules, et s'était considérée enfin prête à affronter le monde extérieur.

Armée d'un panier récupéré au milieu de bois flotté sur la plage, elle sortit et se dirigea tout droit vers le marché. Il était si tôt que les rues étaient encore très sombres, mais, bien loin de déranger Sowana, cela la rassurait. Elle abhorrait la joyeuse foule qui hantait les rues et le marché de Tortuga en plein jour. Rien ne la mettait plus mal à l'aise que cette masse de gens agglutinée au même endroit. Elle aimait faire ses emplettes avant même la naissance du jour, quand ses congénères étaient encore endormis pour la plupart.

Elle avait l'intention d'aller tout droit vers l'étal du marchand d'épices, mais un parfum capiteux lui parvint et la stoppa net. Elle se tourna lentement vers la caisse de fruits posée à même le sol, derrière laquelle se tenait un homme râblé d'une cinquantaine d'années. Elle ne lui prêta aucune attention, pas plus qu'aux rares autres clients matinaux, tout focalisée qu'elle était sur ces étranges fruits verts qui sentaient si bons, et qui lui évoquaient de très lointains souvenirs.

Ils étaient plus gros que sa main, de forme ovale, et leur peau orange tirant vers le rouge semblait dure et épaisse. Pourtant, à en juger par l'odeur, ils devaient être bien mûrs. Fascinée, la brune voulut en saisir un, mais le marchand l'en empêcha d'une brusque tape sur le dos de sa main.

- Aïe ! s'écria d'une petite voix Sowana.
- Touche encore ma cargaison, sorcière, et tu va l'regretter...

Le cœur battant à tout rompre, Sowana baissa la tête et s'apprêtait à rentrer chez elle le plus vite possible, quand, soudain, un homme s'interposa...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirka Javiero Laska

♦

Masculin
Messages : 263
Localisation : Dans les dortoirs de l'Amphitrite
Humeur : Sérieuse

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]   Mer 10 Nov - 18:57

Zirka aimait à se rendre sur le marché de Tortuga tôt le matin, mais ce n’était pas pour fuir la foule qu’au contraire il appréciait. C’était un ensemble bigarré qui dégageait une chaleur moite et dansait sur la place en un mouvement étrange mais régulier. Le bourdonnement que provoquaient toutes ces voix qui parlaient en même temps avait quelque chose d’enivrant. Mais le matin, on pouvait observer les étals sans encombre, peu de marchandises avaient été encore vendues et l’on pouvait trouver foison de vivres et de breloques venus de tous horizons.

Ce matin-là, ce n’était pas simplement en curieux que Zirka était venu sur le marché de bonne heure. Les mains dans les poches, la démarche nerveuse, ses pas le menèrent directement et rapidement à une échoppe de bric-à-brac tenu par un commerçant sale et édenté. Un ignare qui ne savait pas reconnaître la valeur des choses. Il vendait des objets qui ne valaient pas un clou pour une fortune, espérant arnaquer des clients souvent mieux au fait que lui, mais surtout, il avait en sa possession quelques merveilles qui valaient une fortune et qu’il vendait pour trois fois rien. Le cœur battant, Zirka examina l’étal, puis son regard s’arrêta : elle était toujours là. La dernière fois qu’il avait vu la guitare baroque au vernis écaillé qui n’intéressait personne, il s’était dit que l’acheter serait une perte de temps et d’argent. C’était un objet volumineux qui n’avait pas franchement sa place dans les quartiers exigus des matelots. Mais il avait remarqué sous cet aspect peu reluisant la patte d’un luthier talentueux, une facture de grande qualité. Elle avait du vécu et ne présentait pas bien, mais c’était indéniablement une très bonne guitare que Zirka n’aurait pas eu les moyens de s’offrir en temps normal. Il avait demandé au marchand son prix et avait ouvert de grands yeux ronds. De toute évidence, il vendait l’objet comme un bibelot fatigué qui décorerait un jour une des cahutes de Tortuga et pas comme un instrument de musique coûteux. Zirka s’en était allé à contrecœur. Pendant le voyage en mer qui avait suivi, il avait tellement regretté de ne pas l’avoir achetée, cette guitare. Il s’était dit chaque jour qu’à un tel prix, le premier venu la demanderait et la laisserait prendre la poussière dans un coin de sa chaumière.
Mais non, personne n’en avait voulu.

Une nouvelle fois, Zirka demanda son prix au commerçant et eut un mince sourire en apprenant qu’il avait baissé. Ce coup-ci, le gitan n’hésita pas une seconde et acheta la guitare. Ce fut avec un plaisir indicible qu’il toucha le bois de l’objet. Cela faisait un moment qu’il n’avait plus eu l’occasion de toucher à une guitare, il craignit un instant de ne plus savoir s’en servir. Mais alors qu’il positionnait l’instrument sur sa cuisse, les mouvements lui revinrent instinctivement. Il tenta quelques notes mais grinça des dents en se rendant compte que la guitare était loin d’être accordée. Ayant l’oreille absolue, il put régler ce problème sans trop de souci.

Cependant, avant qu’il ne puisse réellement se mettre à jouer, un éclat de voix provenant d’un étal voisin attira son attention. C’était un commerçant qui gourmandait une jeune femme pour avoir voulu toucher à ses fruits. Zirka fronça les sourcils et alla de ce pas remplir ce qui était pour lui son devoir d’homme. Il posa sa main gauche sur l’épaule de la femme au châle noir, l’empêchant inconsciemment de s’enfuir. Il regarda le petit homme replu droit dans les yeux et lui dit d’un ton sévère :

« Vous n’êtes pas très courtois, señor. Il n’est pas respectoueux de parler ainsi à oune dame. Et comme vous conviendrez avec moi qu’il n’est pas plous sage de rejeter oune cliente, vous allez présenter vos excouses à la señorita. »

Le marchand lui adressa aussitôt un regard méprisant. Zirka se rendit compte qu’avec son foulard dans les cheveux, sa peau chocolatée, ses vêtements lâches et sa guitare dans la main droite, il correspondait tout à fait au cliché du gitan qu’il était.

« Vous n’êtes pas des clients, vous n’êtes que des sales voleurs ! Ouste ! »

Toujours inconsciemment, la prise de sa main sur l’épaule de la jeune femme se raffermit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sowana Hadaly

*

Féminin
Messages : 31
Localisation : Dans la Maison Errante
Humeur : Rêveuse...
MessageSujet: Re: Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]   Mar 18 Jan - 19:19

Sowana était pétrifiée. La chaleur de la main du gitan se répandait dans toute son épaule. C'était un contact aussi grisant qu'angoissant. Elle ne bougea pas, ne broncha pas, mais elle se mit à fixer le sol avec intensité, dans le vain espoir que le marchand et le gitan l'oublient et qu'elle puisse s'enfuir jusque chez elle.

Mais le gitan semblait bien déterminé à déclencher un esclandre sur la place du marché. Le problème, c'était que le marchand n'était pas en reste en ce qui concernait la hargne et question carrure, il l'emportait largement sur son adversaire. Sowana sentait qu'elle était de toute façon du côté des perdants, et cela la rassurait encore moins. Rester sur place était pour elle une véritable torture.

Elle leva timidement les yeux vers son bourreau. Il était plein d'une assurance insolente, le teint mat, les cheveux enroulés dans un fichu et il tenait une guitare à la main. Sowana eut le temps de constater que celle ci était plutôt jolie, mais n'y connaissant rien en instruments de musique, elle n'y accorda pas plus d'attention que cela.

D'un ton suppliant, elle gémit : « Dejame, por favor... »

Le gitan était espagnol, ça ne faisait pas un pli. En lui parlant dans sa langue natale, Sowana espérait l'attendrir et gagner assez sa confiance pour qu'il accède à sa requête. Le regard du marchand se fit plus dur envers eux deux, et elle sentit le rythme des battements de son cœur s'accélérer.

« … Por Dios... » tenta-t-elle misérablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirka Javiero Laska

♦

Masculin
Messages : 263
Localisation : Dans les dortoirs de l'Amphitrite
Humeur : Sérieuse

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]   Mar 8 Fév - 20:37

Surpris par la supplique de la jeune femme en espagnol, Zirka lâcha brusquement son épaule et la regarda avec surprise. N’avait-elle pas compris qu’il essayait de l’aider ?

« Mais je ne peux pas le laisser vous parler ainsi* , protesta-t-il doucement. »

Il fixa son regard sur les yeux de la jeune femme et l’admira comme il admirait toutes les femmes. C’était une beauté anguleuse : peu de formes mais beaucoup de caractère. Elle semblait très à l’aise dans son corps et c’était ce qui la rendait attirante. Bien des femmes avaient un corps plus conforme aux standards actuels, mais rares étaient celles qui n’avaient aucun complexe. Il était surprenant qu’une telle femme se montre aussi farouche…

Zirka détacha son regard à regret de Sowana pour en jeter un, beaucoup moins amène, au marchand.

« Je me souviendrais de votre comportement. »

La prochaine fois que Zirka verrait cet olibrius, il comptait bien lui apprendre une petite leçon de politesse. En attendant, il posa une nouvelle fois, plus doucement, sa main sur l’épaule de la jeune femme pour l’emmener à quelques pas de l’échoppe.

« S’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour vous, dites-le moi. Peut-être que ma présence vous permettra de faire vos achats avec plus de sécurité… »

Non, Zirka n’avait pas vraiment l’intention de laisser la demoiselle s’évader sans avoir l’assurance que tout irait bien pour elle.

* Le texte en italique est prononcé en espagnol. (Ha ha ! T’as essayé de m’avoir, hein ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sowana Hadaly

*

Féminin
Messages : 31
Localisation : Dans la Maison Errante
Humeur : Rêveuse...
MessageSujet: Re: Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]   Mer 9 Fév - 14:20

L'espoir que le gitan laisse enfin partir Sowana ne fut que de courte durée. Après avoir retiré sa main de l'épaule de la jeune femme, c'était par son regard qu'il l'avait empêchée de partir.

On ne regardait que rarement Sowana dans les yeux. Et ceux qui le faisaient lui envoyaient plus de mépris ou de haine qu'autre chose avec leur regard. Pour une fois qu'on la regardait directement, franchement, et sans hostilité... Sowana ne pouvait plus bouger. Elle entendit à peine le gitan lui répondre en espagnol, puis parler au marchand.

Pourtant, elle n'était pas fascinée par la beauté exotique de Zirka. Elle avait à peine remarqué comme ses yeux clairs contrastaient avec sa peau de chocolat. Non, si Sowana se laissait emporter doucement un peu plus loin, sans broncher au contact plus doux de la main du gitan, c'était à cause d'un pressentiment. Il y avait quelque chose de spécial avec cet homme. Elle le sentait clairement à présent.

Je n'ai besoin de personne à mes côtés. répondit-elle avec fierté, sans s'apercevoir d'une quelconque ambiguïté.

Cette fois, son apparente timidité s'était envolée. Elle ne pensait plus au marchand, ni aux fruits qui l'avaient attirée quelques instants plus tôt. Elle plissa un peu les yeux, dévorant Zirka d'un regard inquisiteur, et demanda :

Qui êtes-vous ?

Hu hu, je me doutais bien que tu recourrais à ce stratégème ;) Du coup, je fais pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirka Javiero Laska

♦

Masculin
Messages : 263
Localisation : Dans les dortoirs de l'Amphitrite
Humeur : Sérieuse

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]   Mer 9 Fév - 20:29

HJ : Vendaaaaaange !

La réserve de la jeune femme disparut subitement, ce qui prit d’abord Zirka par surprise. Il encaissa le ton sec de la demoiselle avec étonnement et tristesse. La fierté avec laquelle elle refusait son aide lui était familière. Mais elle n’en était pas moins inappropriée. Selon Zirka, elle avait tort de refuser l’aide qu’il lui proposait, surtout après ce qui venait de se passer. Aussi, après avoir essuyé la froideur de la jeune femme, un de ses rares sourires apparut sur son visage. Il souriait à l’ironie de la phrase que la demoiselle avait prononcée dans un tel contexte. Oui, c’était presque un sourire un peu moqueur, mais pas méprisant, bien sûr.

« Je ne suis qu’un humble marin, mademoiselle, et mon nom est Zirka. »

Ce n’était pas pour mentir par omission qu’il ne précisa pas être pirate, mais parce qu’il était évident que, se trouvant sur l’île de la Tortue, il n’était pas le plus honnête des hommes.

« Je suppose que ce qui vient de se passer est l’exception qui confirme la règle. »

Il croisa ses bras sur son torse et son sourire s’accentua, découvrant des dents blanches qu’on ne voyait pas si souvent. D’aucun disait qu’il n’en avait pas et que c’était pour ça qu’on ne le voyait jamais sourire et guère plus parler.

« Puis-je, à mon tour, connaître votre identité ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sowana Hadaly

*

Féminin
Messages : 31
Localisation : Dans la Maison Errante
Humeur : Rêveuse...
MessageSujet: Re: Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]   Mar 29 Mar - 14:03

Le sourire de Zirka avait totalement désarmé Sowana. Ses épaules s'affaissèrent et elle eut un geste de recul presque imperceptible. Qu'est-ce que ce sourire pouvait bien vouloir dire ?

Elle aurait pu se demander ce qui le réjouissait ainsi, ou même s'il jouait un double jeu avec elle, mais elle se contenta de rester là, les bras ballants, surprise et incapable de réagir. Après un court instant de flottement pendant lequel le léger silence qui s'était installé entre eux commença à devenir embarrassant, elle se sortit de sa torpeur et répondit enfin, d'un air pourtant un peu bougon.

« Je suis Sowana. » dit-elle sobrement. C'était la manière la plus simple de se définir. Contrairement à Zirka, elle pouvait difficilement attester d'un métier convenable et fixe. Puis, après une courte pause, elle ajouta : « Je n'ai pas besoin qu'on s'occupe de moi. »

Evidemment, la scène qui venait de se dérouler devant le marchand criait le contraire, et Sowana en était parfaitement consciente. Elle baissa les yeux et marmonna : « Je marche vite. »

Dans un geste machinal, elle resserra un peu son châle autour de ses épaules, le regard dans le vague. Elle commençait peu à peu à sentir une irrépressible envie de planter là le dénommé Zirka et de courir se réfugier dans sa vieille masure branlante. Toutefois, une curiosité presque puérile empêchait ses pieds de bouger. Totalement perdue dans d'étranges pensées, Sowana se mit à murmurer des mots d'une langue que Zirka ne connaissait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirka Javiero Laska

♦

Masculin
Messages : 263
Localisation : Dans les dortoirs de l'Amphitrite
Humeur : Sérieuse

Carte aux trésors
Amis, ennemis, connaissances:
Baratin de haute importance:
MessageSujet: Re: Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]   Lun 22 Aoû - 8:04

Le nom de Sowana n’était pas inconnu de Zirka. Il fréquentait Tortuga assez souvent et depuis assez longtemps pour l’avoir attendu. D’après ce qu’il avait compris, elle était une sorte de diseuse de bonne aventure qui vivait un peu à l’écart du port. À lui qui était gitan, cette profession lui paraissait la plus honnête du monde. Enfin plus ou moins… Zirka se souvenait avoir appris une fois du père Valentin que se fier à des prédictions de l’avenir n’était pas judicieux. Soit elles étaient fausses et il ne fallait pas y prêter attention, soit elles étaient vraies et alors on ne pouvait rien en faire. Aussi le gitan n’avait-il jamais fait partie des clients de Sowana.

Lorsque la femme accepta de manière très détournée son aide, Zirka sourit de plus belle.
Il la suivit à son rythme, un peu à l’écart, devenant si discret qu’on aurait pu croire qu’il n’existait plus. Il pensait bien que Sowana n’avait pas le goût de la conversation mondaine et de toute façon, lui-même n’était pas doué pour cela. Sa présence ne se manifestait que lorsque les commerçants faisaient des difficultés. La scène devait paraître bien étrange à un œil extérieur. Il semblait aux commères que la sorcière en avait eu assez d’être la cible de ceux que la différence insupportait et s’était donc payé les services d’un garde du corps taciturne qui la suivait comme son ombre. Le fait était que Zirka aurait excellé à cette profession.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sowana Hadaly

*

Féminin
Messages : 31
Localisation : Dans la Maison Errante
Humeur : Rêveuse...
MessageSujet: Re: Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]   Mer 21 Sep - 14:12

Pendant un moment, Sowana ne savait plus vraiment si elle était satisfaite ou agacée par la présence de Zirka. Évidemment, avec le gitan sur ses talons, elle n'avait plus d'ennuis avec les marchands. Personne n'osait plus la chasser du marché, et il lui semblait même qu'on lui demandait un prix inférieur à ce qu'on exigeait habituellement (elle ne se doutait pas que les vendeurs profitaient de ce qu'elle ne réussissait pas toujours à se procurer ce dont elle avait besoin pour gonfler la note et empocher un bénéfice supplémentaire).

Mais après quelques minutes, elle se détendit, et ne pensa plus vraiment au gitan qui la suivait. Elle savait bien qu'il était là, mais elle ne percevait plus sa présence comme une menace. Elle continua d'arpenter le marché en laissant virevolter ses pensées.

Tout à coup, elle pila net en plein milieu de la rue, les yeux écarquillés, mais le regard dans le vide. Puis elle se tourna d'un bloc, et sursauta en apercevait Zirka tout près d'elle. Cette fois-ci, elle avait totalement oublié qu'il était là. Elle avait voulu faire demi-tour vers le premier étal qu'elle avait visité, pour vérifier ce qu'un éclair de lucidité venait de lui rappeler. Mais le gitan se tenait entre elle et l'étal, qui était au bout de la rue qu'ils venaient de franchir. Sowana réalisa qu'il ne serait pas raisonnable de retourner là où on l'avait chassée, quand bien même Zirka aurait été prêt à prendre sa défense.

Elle se contenta donc de rester immobile, face à lui, avant de briser abruptement le silence par une déclaration qu'elle fit en français, par pure habitude :

Mangue. C'était une mangue.

Ça venait de lui revenir : ce n'était pas une goyave, ni une papaye... C'était le doux arôme de la mangue qui l'avait attirée en premier lieu auprès de l'étal du marchand de fruits exotiques. Et qui l'avait amenée, par hasard (mais qui croit au hasard ?), à rencontrer Zirka.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pas une goyave, ni une papaye... [PV Zirka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap à l'Ouest ! :: Terre ! Terre en vue ! :: Tortuga de Mar :: Le Marché-