..
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar

MessageSujet: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Sam 25 Sep - 9:59

La terre, la terre après des journées, des semaines complètes de voyage en mer de la France jusqu'à Tortuga. Tous les passagers sur le bateau était ravi surtout ceux qui avaient au le mal de mer, heureusement Caprice n'avait pas été sujette à cela ce qui, en dehors d'un voyage désagréable, aurait signé la fin d'un rêve. La jeune fille devait tenir de son père pour ce qui était du pied marin.

Caprice en voyant cette bande à l'horizon s'agrandir pour commencer à ressembler effectivement à une côte avait un sentiment mitigé. D'un côté elle était heureuse d'arriver enfin à Tortuga où se jouerait son avenir mais elle n'avait pas envie de retourner à terre. La jeune fille avait apprécier ces longs jours en mer contrairement à certains qui n'avaient fait que se plaindre de la longueur du trajet ce qui était ridicule ; on ne prévoyait pas de traverser l'océan sans savoir que l'on était parti pour plusieurs mois.
Elle-même avait trouvé le voyage trop court ; si elle avait eu le temps grâce à ses incessantes questions aux marins de se familiariser avec le vocabulaire marin, elle n'avait pas complété son deuxième objectif : apprendre l'espagnol. Car la jeune fille avait appris qu'à Tortuga il y avait des français mais aussi des anglais -langue qu'elle comprenait et dans laquelle elle arrivait à se faire comprendre- et de l'espagnol qu'elle avait, au terme de la traversée, commencé à comprendre pour un peu que son interlocuteur ne parle pas trop vite et avec des phrases simples mais qu'elle était toujours dans l'incapacité de parler.

Enfin le navire débarqua et Caprice se sentit complétement perdue dans cette ville bouillonnante de vie. Que faire ? Se renseigner tout de suite sur des bateau qui recrutaient ? Chercher un lieu où se loger ? Cela semblait peut-être le mieux à faire car trouver un navire sur lequel travailler ne serait surement pas simple. Mais combien de temps pourrait-elle durer avec ses économies ? Devaient-elles commencer à exercer son métier un peu sur l'île histoire d'avoir des revenus ? Mais cela lui ôterait du temps pour rechercher un capitaine prêt à l'embaucher. Peut-être devrait-elle se familiariser avec le lieu pour connaître les choses à faire et à ne pas faire afin de ne pas commettre de gaffes ...

Debout sur le quai, tous les autres passagers s'étaient déjà éloigné et elle restait seule petite poupée immobile au milieu de la masse en mouvement quand un marin en passant près d'elle la bouscula. Se retournant il croisa le regard de la jeune fille qui ne baissa pas les yeux.

"Bah alors microbe on t'a jamais apprit à t'excuser quand tu bouscules quelqu'un ?"


Caprice laissa trainer un instant de silence avant de répliquer d'une voix claire, sa tête se redressant légèrement comme si elle défiait l'homme :

"Je vous prie de m'excuser, j'ai dû mal comprendre. Il me semble que vous m'avez bousculée. Je suis donc la seule en droit d'attendre des excuses."


Caprice n'était pas totalement stupide même si son comportement pouvait le sembler ; elle savait parfaitement qu'elle n'obtiendrait pas gain de cause et qu'elle se mettait dans une mauvaise situation qui pouvait finir par des coups mais est-ce parce qu'elle était plus faible elle devait s'abaisser ? Non, définitivement non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Dim 26 Sep - 15:54

Lianna venait d'arriver, sa valise à la main elle regardait autour d'elle totalement perdue, retenant des larmes qui ne tarderaient pas à sortir. Le port était bigarré, coloré, bruyant, très bruyant même, sentait la marée et le poisson plus aussi frais que nécessaire, le sel également et le varech. Elle nota ses impressions, cela l'empêchait de s'asseoir et de pleurer sur son sort et sur sa bêtise. Traverser l'océan, enfermée dans une cabine de peur de se faire violer, en mangeant des rations sèches, ou pourries, selon les jours et absolument immondes quoiqu'il en soit. Elle n'avait pas pu prendre de bain digne de ce nom depuis une éternité et ne rêvait de rien tant que d'une baignoire emplie d'eau chaude et parfumée. Ses longs cheveux bouclés étaient alourdis par la crasse malgré le soin qu'elle en prenait et elle n'avait même plus de parfum pour cacher sa saleté.... Non vraiment tout allait mal.

* Papa, si seulement tu étais là, toi tu aurais su quoi faire...D'ailleurs pour commencer tu m'aurais interdit de monter sur un coup de tête sur un bateau en partance pour l'Ile des Pirates. *

Elle s'arrêta au milieu du chemin, se fit bousculer et avança à nouveau en s'excusant vaguement, perdue dans ses pensées. Le cri des mouettes le disputaient à ceux des harengères au travail et des mégères insultant tout et tout le monde parce que leur soulard de mari n'était pas avec elle, ce que, techniquement, Lianna se voyait mal leur reprocher vu la tête de leur femme.

Elle s'éloigna un peu du passage et s'arrêta, c'est une voix grave et agressive qui retint son attention, et la voix plus fluette qui répondit, une femme, et pas une mégère, peut être même connaissait-elle quelques mots qui ne soient pas des jurons. Lianna soupira de soulagement et s'avança doucement, sans pour autant se mêler de la rixe qui risquait de naitre, elle le sentait, de l'insolence de la jeune fille.

Elle posa sa valise à terre, regarda l'homme qui faisait au moins deux fois sa taille puis la jeune fille aux cheveux rouges coupés court qui avait osé lui répondre. Elle hésita un instant.

* Papa que dois-je faire ? *


Puis finalement elle prit son courage à deux mains, laissant, du coupa la valise à terre, et s'avança un peu, fit une révérence polie et se dit qu'elle était en train de faire une betise plus grosse qu'elle quand elle prit la parole.


"Bonjour, je suis sur que tout cela n'est qu'un bête malentendu et que chacun ici peut aller sa voie sans attendre d'excuses, ni en faire."

Bon ce n'était pas la solution parfaite mais cela suffirait sans doute.

Quelques personnes s'étaient arrêtées, observant ces deux jeunes filles, l'une habillée simplement et l'autre en robe d'aristo, défier un marin expérimenté et foncièrement, notoirement, violent. Certains s'éloignèrent pour éviter de prendre un coup, d'autres s'approchèrent pour mieux voir, elles étaient au centre d'une bulle désormais avec ce marin et le silence n'était plus troublé que par les mouettes se disputant un poisson. Lianna aurait bien aimé reculer mais ils lui bloquaient désormais le passage et avec sa robe blanche et légère elle était plus que visible dans al foule bigarrée mais sale qui l'entourait.

* Papa...J'ai encore fait une betise je crois...*


Et elle commença à prier, en silence, ses doigts jouant sur sa robe comme si elle parcourait un chapelet, quoiqu'elle n'en eut plus, n'ayant pas voulu s'encombrer de choses qu'elle utilisait rarement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Dim 26 Sep - 16:35

Pas un seul instant Caprice eut pensé que quelqu'un puisse lui venir en aide ; au village les marins qui pourtant la connaissait bien l'avait toujours laissé se prendre les coups "elle le mérite", "peut-être qu'un jour elle finira par comprendre où est sa place" autant de phrase que la jeune fille avait l'habitude d'entendre. Alors qu'en plus cette personne soit une femme ! Je veux dire une jeune fille délicate et non pas une grosse matrone qui pourrait tenir tête à un gros marin baraqué comme celui qui toisait Caprice, cela était une aberration. D'ailleurs Caprice avait bien envie de dire ce qu'elle pensait à cette inconsciente mais pas tout de suite ; le marin ne semblait pas apaisé du tout par ces paroles conciliatrices et Caprice ne doutait pas qu'il les prenait pour une insulte supplémentaire à sa virilité. L'homme ne pouvait rester digne s'il se laissait faire ainsi la morale par deux gamines sans rien faire.

Seule Caprice aurait assumé sa bêtise, là elle était obligée de faire quelque chose. Attrapant l'inconnue par le bras, elle l'entraina plus loin s'enfonçant dans la foule afin de s'éloigner de l'homme avant qu'il ne prenne l'envie à celui-ci de les poursuivre. Caprice n'oublia pas d'attraper au passage la valise que la jeune fille avait stupidement abandonné au milieu du quai.

Quand elles furent enfin dans une rue plus calme, Caprice fit volte face, se planta droite face à la jeune file -qui restait légèrement plus grande qu'elle même ainsi- et laissa éclater sa colère :

"Mais tu es débile ou quoi ? Tu veux te faire frapper ? On avait l'impression que tu allais te mettre à pleurer ! Ne te mets pas dans des situations que tu ne peux gérer. Moi je suis une idiote mais j'assume !"


Caprice ne prit que le temps d'une profonde respiration avant d'enchainer :

"Et ne laisse pas ta valise au milieu de nulle part ! Bon Dieu, on est dans une ville de pirate ! Tu tiens tant que ça à te faire voler toutes tes affaires dès le jour de ton arrivée ?"

Caprice ouvrit la bouche puis la referma. C'était peut-être assez là. Même si son interlocutrice ne le comprendrait sûrement pas, ce sermon lui permettrait d'être un peu plus réaliste sur sa situation et d'éviter de faire d'autres erreurs. Caprice ne se sentait nullement reconnaissante la situation dans laquelle elle s'était trouvée avait été sinon désirée, choisie. Elle n'avait pas à se sentir soulagé de s'en être sortie indemne. Elle avait à assumer ses choix. Fuir ainsi lui coutait beaucoup mais elle ne pouvait impliquer cette idiote.

Caprice considéra son interlocutrice avec cet air hautain qui n'était que l'expression naturelle du visage de la jeune fille et qui n'exprimait en vérité aucun mépris ou supériorité, juste une fierté idiote ... chose bien difficile à faire comprendre des gens qui dès qu'ils croisaient le regard de la jeune fille la prenait en grippe.

"Bon je peux peut-être t'aider à quelque chose maintenant qu'on en est là ?"


Caprice n'étant pas la plus paumée des deux reprenait confiance en elle-même.

EDIT by Scarlett : J'ai retiré l'italique, parce que ce n'est pas très utile ni lisible. Pour distinguer le dialogue de l'action, de la couleur et les signes de ponctuation habituels suffiront =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Lun 27 Sep - 18:04

[oui, en fait c'est mieux t'as raison, une vieille habitude ;) ]

Lianna laissa une larme rouler sur sa joue tandis que l'autre l"incendiait. Bon, une part de la jeune noble reconnaissait, quand même, qu'elle n'avait pas tort la fille bizarre aux cheveux rouges...Mais même, franchement elle avait été gentille, bien élevée, comme on lui avait appris, elle ne méritait pas ça. Ses grands yeux bleus scintillaient au soleil tels des saphirs sous le poids des larmes qui ne coulèrent pas. Elle essuya la fuyarde rageusement et garda la tête haute, malgré tout. On est une Catan ou on ne l'est pas, disait son père autrefois. Les larmes se pressèrent plus avant dans les grands yeux de biches de la jeune femme et elle soupira tout en les contenant.

"Mon éducation ne m'avait pas vraiment préparée à me retrouver seule à 21 ans à Tortuga, désolée de t'avoir embêtée"


Elle allait s'en allait mais l'autre commençait à se calmer et, comparée à la foule bigarrée qu'elles avaient quitté et qui avait, sans nul doute, happé la valise de Lianna, elle paraissait presque sympa.


"Je cherche à devenir pirate...enfin, médecin sur un navire pirate, les armes et moi ça fait deux mais par contre je suis douée en médecine. Je l'étudiais avant..."


Sa voix se brisa et elle se tut, parler de la mort de son père était encore douloureux, elle sentait la flambée de haine embraser son cœur et lui donner une force nouvelle. Ses yeux saphirs plongèrent dans ceux de son interlocutrice avec candeur et naïveté mais dévoilant aussi une grande force de caractère et une profonde haine, sa vengeance devait être assouvie, elle en était presque palpable autour d'elle, telle une aura sombre et mortifère.

Lianna regarda vaguement autour d'elle, assez pour se rendre compte qu'elle ignorait comment retourner au port, où, de toute façon, sa valise ne serait plus et qu'elle ne savait toujours pas où dormir ce soir, ce qui était encore plus gênant, parce que sa robe blanche était bien jolie mais ne tenait pas bien chaud. En plus elle n'avait plus de cape, elle était dans la valise. Un air lui vint en tête et elle retint un sourire las et ironique :

*Tout va très bien, Madame le marquise..... Je ne sais même pas si je suis encore Marquise de Catan, je suppose que non...Papa pourquoi m'as-tu abandonné ? Et puis cette fille elle a les cheveux courts, comme un garçon, et rouges, comme une sorcière....Tu crois que c'est un sorcier mal déguisé ? Non, elle à l'air...gentille pas vraiment mais...pas agressive, déjà, c'est mieux que toutes celles que j'ai rencontrées jusqu'à maintenant. Dis Papa, tu crois que je peux lui faire confiance ? T'en sais rien hein...De toute façon tu n'es plus là...Moi non plus je ne sais pas et... Je crois que j'aimerais te rejoindre Papa. *

Lianna attendait une réponse de la jeune fille tout en écoutant distraitement les mouettes, la foule, plus éloignée, et les éclaboussures de pot de chambre vidés par les fenêtre. Sa robe blanche et ses souliers vernis la faisaient ressembler à une jeune enfant de noble désirant jouer à colin-maillard plus qu'à une future médecin pirate, ses grands yeux clairs et suppliants ne jouaient pas non plus en sa faveur, quand à son visage juvénile et à ses boucles châtains, sans même parler de sa gorge pleine, c'était des atouts servant à toute autre chose que la médecine, et cela deviendrait vite des défauts sur un navire empli d'hommes mourant d'ennui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Lun 27 Sep - 18:38

[Scarlett : désolée mauvaise habitude effectivement
Lianna : ne t'inquiètes pas pour ta valise je l'avais récupérée, tu avais du louper ce passage :p pas besoin de changer ton post je ferai comme si dans la cohue du moment tu n'avais pas remarqué le fait. Si cela ne te convient pas tu me le diras, je changerai mon post]


La jeune fille était toujours au bord des larmes, à l'évidence ce devait être un revers de fortune qui avait conduit la jeune fille aux airs distingués jusqu'à ce lieu mal-famé. Et si Caprice était fière, elle avait au moins cette ouverture d'esprit qui concevait que out le monde ne puisse l'être et soupira, regrettant de ne s'être montrée plus sympathique. A présent la jeune fille était gênée cela se sentait.

Cependant le cœur de Caprice se serra en apprenant que celle qui lui faisait face rechercher le même but qu'elle. Il n'y aurait pas trente six mille postes de médecin libres à pourvoir et encore moins qui accepterait des femmes. Celle qui lui faisait face était donc sa rivale. Caprice aurait pu planter là la jeune fille qui représentait pour elle un obstacle de plus dans son rêve de toujours cependant la jeune fille ne pouvait s'abaisser à de telles rivalités qu'elle tenait pour le trait principal des mégères, commères et autres filles qui passaient leur temps à se crêper le chignon. Aussi ce fut parfaitement sincèrement qu'elle lança :

"Eh bien il semblerait que nous poursuivions le même but même si je suis plutôt considérée comme guérisseuse ... et je t'avoue ne pas savoir si cela marque une différence avec les médecins. Je pense que tu trouveras ce qu'il te faut mais d'abord il va falloir t'endurcir un peu, jamais un navire de pirate ne te prendra sinon."


Caprice savait qu'elle se montrait une nouvelle fois stupide. Ce qu'elle allait proposer était débile, beaucoup se serait moqué de la proposition qu'elle allait faire à une jeune fille qu'elle ne connaissait pas et qui se montrerait sûrement moins honnête et droite que Caprice n'allait l'être, après tout on était dans une ville de pirates, la duperie était de mise. Cependant ce fut avec cette même conscience de l'imbécilité qu'elle faisait que lorsqu'elle se dressait face à des hommes deux fois plus grands qu'elle qu'elle demanda :

"Veux-tu que je t'aide à cela ?"

Puis Caprice remarqua que la jeune fille avait froid. C'est alors que la jeune fille se rappela la valise qui pendait encore à son bras et qui commençait à peser son poids mine de rien.

"Ah tiens, je l'ai récupérée sur le quai, tu auras peut-être de quoi te protéger du froid dedans."

Caprice tendit la valise, eut une hésitation puis reprit :

"Au fait, je m'appelle Caprice. Caprice Espérance Raymi."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Mer 29 Sep - 16:11

Lianna haussa des sourcils magnifiquement dessinés et néammoins fort surpris lorsque Caprice avoua poursuivre le même but. Elle se renfrogna un instant, elle n'imaginait pas avoir de concurrence féminine à vrai dire, elle pensait que ses principaux adversaires seraient de vieux barbons, de préférence alcooliques tant qu'à rester dans le cliché de base, et suivi d'un sempiternel et lassant perroquet. Caprice ne correspondait pas vraiment à cette description. Lianna allait soupirer mais elle resta le souffle coupée par la proposition de la rouquine.

Une autre y aurait vu un piège ou une tactique quelconque, Lianna y vit le début d'une grande et belle amitié.

* Tu vois Papa, elle est gentille, à sa façon, de toute façon tout le monde est gentil au fond...Sauf ces chiens qui t'ont tué, crois-moi, ils paieront. *

Son visage se durcit un instant puis elle sourit à Caprice

"Ce serait très gentil de m'aider, je...suis un peu perdue je dois dire"


Bon, Caprice l'avait sans doute remarqué, mais ça ne coutait pas grand chose de le préciser...A part un peu de fierté mais vu qu'elle avait failli pleurer et qu'elle n'avait plus de valise, la fierté était un luxe désormais.

A peine pensait-elle à sa valise perdue que Caprice la lui rendait. Lianna ouvrit des yeux ronds et reconnaissants

"Merci ! C'est...tout ce qu'il me reste de mon passé ! Je ne saurais te dire à quel point c'est important pour moi ! Je m'appelle Lianna Dolores De Catan, enchantée de te connaitre Caprice."

Oui, elle l'avait tutoyée et appelée par son prénom, ça ne se faisait pas mais...Franchement...qui s'en souci lorsqu'il vient d'échapper à la mort et de retrouver son bien le plus précieux, ou presque..enfin son seul bien en fait pour parler franchement.
Elle ajouta, un peu gênée de demander cela.

"Sais-tu où je pourrais trouver un abri pour la nuit ? J'ignore encore où dormir. "


Lianna voyait désormais en Caprice un ange miséricordieux venue l'appuyer dans sa quête et l'aider à survivre dans ce monde de brute. Dieu était de son coté, la loi du Tallion l'appuyait dans sa démarche vengeresse.

"Tu viens d'où ? Et comment t'as voulu devenir Pirate ? Et médecin..enfin guérisseuse ? Jolie ta couleur de cheveux, tu m'apprendras à le faire ? T'as pas froid avec des cheveux si courts ?"


Avais-je omis de préciser qu'une Lianna pas stressée était une Lianna bavarde ? Mea Culpa....
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Mer 29 Sep - 19:27

Son interlocutrice s'appelait donc Lianna. Lianna Dolores de Catan. Autant dire que la mention de la particule n'étonna pas Caprice qui avait déjà associé les attitudes et les manières de la jeune fille à une bonne éducation. Ce qu'une aristocrate venait faire là, c'était une autre affaire.
Cela rappela à Caprice ce que sa mère chaque fois qu'elle revenait avec un bleu sur le visage lui disait :

"Les marins n'apprécient pas les attitudes méprisantes ou supérieures encore moins quand elles viennent d'une fille mais je te préviens mon enfant, là tu n'as affaire qu'à des marins. Mais avec les nobles ce sera une autre affaire, ils ne l'accepteront d'autant moins que tu es d'une condition sociale inférieure et là tu risques des ennuis bien plus gros qu'un simple coup de poing sur le visage."


Caprice étudia la jeune fille en face d'elle. Elle ne semblait pas du tout se formaliser de l'air de son interlocutrice et se mit à bavarder apparemment plus à l'aise.
Quand enfin Lianna eut finit de débiter toutes ses questions, Caprice prit le temps de se les répéter dans sa tête afin de ne pas en oublier une et ce ne fut qu'une fois cela fait que la jeune fille répondit :

"Je ne sais pas où dormir non plus. Je viens d'arriver ... mais c'est pas grave, tout problème a sa solution donc je ne vois aucune raison de s'inquiéter."

En vérité Caprice avait connu un instant de déstabilisation enh arrivant au port sans savoir quoi faire et un bref moment s'était dit qu'elle était peut-être parti sur un coup de tête. Mais à présent elle se contentais de raisonner comme elle l'avait toujours fait ; c'est à dire on arrive, on agit. Après ça passe ou ça casse.

Alors la seconde question, la seconde question ... Ah oui, sa vie.

"Eh bien je viens de France, je veux devenir pirate parce que naviguer est encore la meilleure chose que je connaisse."

C'était quoi la dernière question ? Y'en avait une. Une marrante il lui semblait. Soudain cela revint à l'esprit de Caprice ; les cheveux. Là la jeune fille ne put s'empêcher de rire, rire qu'elle cacha machinalement derrière son poing.

"Excuse-moi ... je viens de repenser à ta question ... au sujet des cheveux. Si l'on a plus froid ? Tu crois que les hommes attrapent plus facilement un rhume parce qu'ils ont des cheveux courts ?"


Caprice recommença à rire doucement. Cela devait être vexant mais elle ne pouvait s'en empêcher. N'était-elle donc capable que d'attirer des sentiments antipathiques malgré elle ?
Reprenant enfin son sérieux, la jeune fille croisa les bras et reprenant son visage habituel, elle annonça :

"Et si tu veux savoir comment obtenir la même couleur eh bien fais marcher tes ménages, tu es médecin, non ? Tu connais un peu les plantes ? Si oui tu trouveras. Et alors c'est bien beau toutes ces questions mais qu'en est-il de toi ?"


A tous les coups, elle avait oublié une question mais tant pis. Chacun son tour après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Ven 8 Oct - 17:30

Lianna, elle, voyait plein de raisons de s'inquiéter, d'abord....Dormir dehors en cette saison ne devait pas être agréable, ensuite les rues devaient devenir de vrais coupe-gorges à la nuit tombée...Avant cela aussi d'ailleurs, et surtout elle avait le dos fragile et l'habitude des draps de soie.... Elle regarda Caprice qui semblait, effectivement, peu inquiète et se rassura en se disant qu'au moins elle ne serait pas seule, ce qui était déjà une avancée par rapport à quelques minutes plus tôt.


"Eh bien je viens de France, je veux devenir pirate parce que naviguer est encore la meilleure chose que je connaisse."


Lianna sourit, elle n'était pas d'accord avec cette affirmation, elle n'avait pas un fort gout pour la mer, quoiqu'elle n'y soit pas malade, ce qui était déjà un point positif. Toutefois la piraterie lui semblait une voie étrange pour naviguer, les marchands aussi naviguent, non?


"Excuse-moi ... je viens de repenser à ta question ... au sujet des cheveux. Si l'on a plus froid ? Tu crois que les hommes attrapent plus facilement un rhume parce qu'ils ont des cheveux courts ?"


Lianna rougit, à vrai dire...Oui, elle le croyait, mais à priori c'était une idée farfelue. Son père disait souvent qu'elle en avait plein la tête et qu'elle devrait écrire des livres avec ce qu'elle imaginait. Lianna riait alors et lui répondait que tout était vrai, mais elle savait aujourd'hui que Dieu, les fées ou la chance sont des concepts sans réelle existence.


"Et si tu veux savoir comment obtenir la même couleur eh bien fais marcher tes ménages, tu es médecin, non ? Tu connais un peu les plantes ? Si oui tu trouveras. Et alors c'est bien beau toutes ces questions mais qu'en est-il de toi ?"


Lianna se plongea un instant dans des réfléxions puis pris la parole, puisque Caprice semblait avoir oublié sa dernière question, celle sur la médecine.

"Je ne suis pas guérisseuse, je suis plus à l'aise avec un scalpel qu'avec des plantes, j'ai étudié la médecine, c'est un peu différent, je ne sais pas faire les médicaments, je sais les utiliser. Et....Tu pourrait naviguer sans être pirate, non ? Les marchands par exemple ? Ou même Dame de Compagnie d'une noble qui voyagerait, ou spécialisée dans les voyages..."


Puis la question à son sujet lui apparut et elle se renfrogna en repensant à son passé.

"Je veux devenir pirate pour apprendre à me battre et venger mon père."

Son visage se ferma, sans doute n'en dirait-elle pas plus sur le sujet. Puis elle changea de conversation à nouveau.

"Et toi, tu ne m'as pas dit pour la médecine ? Et Pour cette nuit tu comptes vraiment trouver un endroit ou tu penses qu'on devra dormir dehors? Non parce que j'ai pas peur hein mais...Il fait froid et ça pullule de brigands ce coin non ?"

Lianna n'avait pas peur...Mais quand même un peu..
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Ven 8 Oct - 19:35

Soudain ce que Lïanna disait intéressait la jeune fille. Enfin non pas que cela ne l'intéressait pas avant seulement c'était là un intérêt pratique et non un intérêt pour la pour la personne qui vous parlait en face qui fait que vous l'écoutez au lieu de seulement l'entendre baragouiner des choses qui au font ne vous concerne pas vraiment. Ainsi il y avait une différence entre la médecine et les guérisseurs ? Caprice en pratiquant l'art des plantes avaient fini par beaucoup apprécier tout ce qui se rapportait aux soins alors que petite cela lui semblait ennuyeux et inutile. Aussi connaître d'autres manières de pratiquer était pour elle une perspective vraiment attrayante. Pas autant que celle de devenir pirate mais c'était déjà moins que rien.
Mais cela se faisait-il de demander à cette nouvelle rencontre de lui donner plus d'explications alors que Caprice venait de lui avouer qu'elle était sa rivale sur ce plan là ? Caprice n'en était pas sûre du tout mais Caprice en même temps n'était pas, comme qui dirait, douée en relation humaine.

Caprice secoua la tête devant l'affirmation de la jeune fille selon laquelle elle pouvait naviguer sans être pirate.

"Regardes-moi, j'ai l'air aussi fragile comme une brindille et mes habits ainsi que ma coiffure font fuir toute personne honnête. De plus ma mère m'a toujours dit que jamais un noble ne pourrait supporter ma présence. Ma fierté est prise par beaucoup pour du mépris ou de la supériorité, choses qui ne sont évidemment pas acceptables dans un tel milieu. J'ai déjà tant de mal à trouver des pirates qui veulent me prendre à bord alors des bonnes gens ? Impossible."

Intérieurement de devoir dire cela blessait la jeune fille, seulement le caractère presque défaitiste des paroles de Caprice semblait atténué par l'expression de son visage qui elle ne bougeait pas. Rire devant les gens arrivaient rarement à la jeune fille mais cela ne la dérangeait pas. Montrer des signes de faiblesses pour une personne qui avait été sans cesse entourée de regards moqueurs était inacceptable, c'était montrer à ces personnes que leurs paroles vous touchez et cela ne les contentait que plus.

Lianna, en face d'elle, devint plus sombre soudainement.

"Je veux devenir pirate pour apprendre à me battre et venger mon père."


Caprice ne répondit rien à ces paroles et n'en eut pas le besoin ; la jeune fille enchainait déjà. Pour rappeler à Caprice qu'elle avait bel et bien oubliée une question ... Oups.

"Je suis devenue guérisseuse pour pouvoir monter sur un bateau puisque c'est là la seule solution qui s'offre à moi. A vrai dire j'ai commencé à l'apprendre par défaut car auparavant je n'avais aucun intérêt pour cet art que pratiquait ma mère. Je t'apprendrai à faire des teintures si cela t'intéresse, seulement je t'avoue que la rouge ne marche bien sur mes cheveux que parce que mes cheveux sont roux de base, la teinture accentue donc plus la couleur qu'elle ne la crée."


A bien y réfléchir en fait Caprice n'avait jamais essayé sa teinture sur autre chose que ses cheveux et donc ne savait pas grand chose dessus en vérité. Ne voulant pas dire de bêtises, la jeune fille enchaina sur les inquiétudes de sa compagne :

"Dormir dehors ? Non ! Ne t'inquiètes pas je t'ai dit, je trouverai une solution. On peut toujours prendre une chambre pour deux et puis dans les auberges il y a toujours des moyens pour s'arranger."


Caprice ne s'aventura pas plus à détailler les arrangements qu'une femme pouvait faire, la jeune fille en face d'elle ne semblait pas de celles qui étaient au fait de ces choses-là. Caprice n'aimait pas cela non plus et elle se refusait de passer de tels arrangements avec des hommes un peu trop imbu d'eux mêmes. C'était comme quand on vous demandait de laver un pont. Si on vous le demande parce que cela doit être fait, qu'il faut bien que quelqu'un s'en occupe, Caprice ne voit aucun problème à le faire là où bien des personnes trouveraient cela de manière bien stupide humiliant. Si on vous le demande avec cette expression mauvaise et moqueuse et que vous comprenez que l'on ne vous le fait faire que dans le but de vous voir vous abaisser, Caprice ne le ferait pas.

"Au fait j'allais oublier, je voulais te demander : de qui dois-tu te venger ? Si tu veux apprendre à lutter de ce côté là, je connais peut-être quelques trucs qui pourraient t'intéresser."

Caprice n'avait jamais été la reine du tact mais elle disait les choses comme elle le pensait. La fille voulait se venger ? Bah pourquoi pas. Caprice ne demandait ni l'histoire, ni le pourquoi du comment, elle énonçait juste une évidence ; tu veux te venger ? Moi je connais le deuxième côté des plantes ... le poison.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Lun 18 Oct - 7:19

[Désolée pour le retard, mon internet avait des soucis, quand je voulais envoyer ça disparaissait en route, et du coup ça m'a démotivée une fois ou deux, sans compter le boulot ;) ]

"Regardes-moi, j'ai l'air aussi fragile comme une brindille et mes habits ainsi que ma coiffure font fuir toute personne honnête. De plus ma mère m'a toujours dit que jamais un noble ne pourrait supporter ma présence. Ma fierté est prise par beaucoup pour du mépris ou de la supériorité, choses qui ne sont évidemment pas acceptables dans un tel milieu. J'ai déjà tant de mal à trouver des pirates qui veulent me prendre à bord alors des bonnes gens ? Impossible."


Lianna hocha la tête sans répondre, c'est vrai qu'avant, si elle avait croisé Caprice en Espagne, elle lui aurait accordé un regard hautain et moralisateur, elle ne lui aurait probablement pas adressé la parole, quant à l'engager....Ça l'aurait sans doute fait rire aux larmes. Lianna se perdit dans cette interrogation existentielle, la mort de son père l'avait-elle changé à ce point ou bien accordait-elle de l'attention à Caprice parce qu'elle se trouvait dans un pays étranger, à des lieues de son environnement habituel, perdue dans un port empli de marins et autres pirates et voleurs. Lianna n'avait jamais pensé qu'elle pouvait juger les gens d'un seul regard, elle était plutôt gentille, pour une noble s'entend, et elle avait des idées d'égalité et des rêves d'entente....Se voir, soudainement, comme une noble qui aurait envoyé balader une jeune fille bien sous prétexte que ses cheveux étaient courts la mettait mal à l'aise.
Elle n'avait pas tellement écouté la suite mais le mot vengeance la tira de son mutisme et obtint toute son attention. Son visage se ferma, ses poings se crispèrent, la haine et la colère étaient visibles sur son visage poupin de jeune fille à peine sortie de l'enfance.

"Les jeunes loups espagnols, des nouveaux nobles, ils ont ruiné mon père....en gentilhomme il ne lui restait qu'une seule solution, il s'est tué, comme il se doit."


Une larme unique plus de rage que de peine roula sur sa joue.

"Mais il payeront, eux aussi seront ruinés, bateau par bateau, entrepôt par entrepôt, tout brulera, sera pillé,détruit....Et le moment venu eux aussi n'auront plus qu'un seul choix, celui que mon père a fait."


Une telle détermination, une telle haine sur un si joli visage avaient de quoi étonner, voir mettre mal à l'aise, on sentait derrière cette haine la peine et la peur de celle qui venait de perdre son unique repère.
Elles avançaient toujours et Lianna n'avait plus al moindre idée d'où elles étaient, l'odeur des embruns se faisait plus discrète, celle de crasse bien plus présente et sous son châle elle frissonnait, le soleil ne perçant pas entre les bâtiments qui encadraient la rue de façon inégale. Cela la tira de sa réflexion sur la vengeance après un instant de silence et elle ajouta, d'un ton plus calme quoique manifestement mesuré avec soin pour ne pas laisser filtrer sa colère :

"Tu crois qu'on pourrait se réfugier quelque part, il commence à faire un peu froid, et puis...Je crois qu'on est perdues...Je ne saurais pas retourner au port"


La peur qu'elle ressentait depuis la mort de son père, celle d'être seule, de faire une erreur, de ne plus avoir de soutien, une peur diffuse, légère, omniprésente, venait de céder la place à une peur plus réelle et concrète, la peur de mourir de froid ou de faim, d'être détroussée, violentée, ou que sais-je encore. Lianna avait lu bien des contes de pirates, et ils avaient rarement le beau rôle, vous vous en doutez.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Ven 22 Oct - 19:53

[Pas de réponse de Baptiste, je poste]

Caprice ne comprenait pas ce principe de se suicider que la jeune fille lui présentait comme normal. Certes la jeune fille trouvait que l'honneur était important mais au point d'abandonner sa fille ... En fait si. La jeune fille aussi avait un père qui avait trouvé que sa fille et sa femme comptait moins que la mère et avait fait souffrir celle qu'elle aimait à cause de ce choix. C'était la même chose pour Lïanna qui souffrait très manifestement de la perte de son père. Caprice n'avait pas souffert du choix de son père ne lui étant pas attaché mais elle comprenait au moins la situation de la jeune fille à défaut de comprendre sa douleur.

La guérisseuse attendit que la noble déchue ait finit de cracher tout son venin avant de parler. Se confier était une chose très importante. Caprice soignait souvent plus en offrant une écoute et en donnant une tisane qu'en cherchant des véritables fondements aux douleurs des gens. Les douleurs morales avaient souvent une forte influence sur le physique.

"Eh bien si un jour tu as besoin d'aide n'hésite pas à venir me voir. Bien sûr il faudra que je sois disponible et atteignable et ça c'est un autre problème mais je serais toujours à ta disposition."


Caprice parlait calmement, ses yeux toujours occupés à chercher aux alentours un lieux où dormir. Cela pouvait paraître très "heartless" -la jeune fille connaissait ce mot en anglais et trouvait toujours beaucoup de difficulté à le traduire. Cependant ne fallait-il pas l'être pour proposer son aide dans une vengeance dans laquelle on n'avait rien à voir ?

La jeune fille finit par se plaindre une nouvelle fois de leur situation et Caprice marmonna un vague "attends" avant de s'approcher d'un gosse qui mendiait là. Le gamin la regarda s'approcher l'air méfiant. Caprice discuta avec lui quelques instants puis elle lui sortit de son sac différentes herbes qu'elle broya pour les mélanger ensuite une fois qu'elles étaient devenues de la poudre. La jeune fille posa sa main sur le front de l'enfant. Chaud comme elle s'en doutait. La jeune guérisseuse lui donna son remède puis recommença à parler avec le gamin. Il finit par lui indiquer une direction agrémentée de quelques mots d'explication.

Caprice lui adressa un grand sourire qui ne dura qu'un instant avant qu'elle ne se lève et revienne vers Lianna.

"C'est bon je sais où se trouve l'auberge la plus proche d'ici. On a de la chance apparemment c'est aussi une des moins chères."


Caprice lui expliqua le chemin à prendre et, après un dernier signe de la main en direction du gosse, les deux jeunes femmes reprirent leur bout de chemin.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Dim 24 Oct - 10:26

[Désolé, désolé, je me rattrape. ^^]

Il y a quelques occasions qui rendent la vie de Baptiste particulièrement joyeuse. Comme par exemple quand il parvient à boire un verre de plus sous le nez de son patron. Quand un client accepte de lui en payer un, ou même de le laisser boire sa commande. Ou alors, quand il n'est pas trop saoul et qu'il peut se balader sur le port sans avoir le mer. Cela le ravit toujours de constater qu'il n'a pas encore atteint ses limites, allez savoir pourquoi.
En tout cas, ce jour-là, notre cher héros était en train de vivre cette délicieuse situation. Bon, à la base, tout n'était pas aussi joyeux. Aujourd'hui, il ne travaillait pas, et son patron lui avait carrément refusé l'entrée à la Jambe de bois ! Mais par chance, après s'être trouvé une galante compagnie particulièrement attirante, le Français s'était tout de suite senti mieux. Ah ! quelle douce vie que celle de Tortuga ! Des filles comme ça, à Paris, ça coûtait bien plus que son salaire de serveur, ça oui ! Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin, et Baptiste fut dans l'incapacité de payer plus, ayant oublié sa bourse à la maison. La belle s'en alla donc sans lui accorder un regard supplémentaire, et lui resta attablé au comptoir de la taverne où ils avaient trouvé refuge. Avec sa dernière pièce, il se commanda une mauvaise bière, un liquide infect mais qui le réjouit tout de même. Il en oublia même sa déception d'être désormais tout seul. Qu'importe, la vie était belle tout de même.
Quand il eut vidé son verre, dans un état relativement sobre, il se leva, ayant une soudaine envie de profiter du soleil. C'est drôle comme être soudainement sevré pouvait l'aider à se tourner vers d'autres distractions. Il était vrai qu'il se trouvait un peu pâlot, un peu maigrichon : c'était décidé, il allait prendre soin de son corps ! ... évidemment, il ne lui venait pas à l'esprit que la meilleure des choses à faire était d'arrêter de boire. Des sacrifices, oui, mais il ne faut pas pousser le bouchon un peu trop loin. Plein d'une nouvelle détermination qui ne devait pas survivre jusqu'au lendemain, décidé à faire un peu de bronzette pour être plus attirant, et donc payer moins cher, il réussit à marcher sans tituber jusqu'à la sortie, la tête haute. Là, il trébucha contre la marche - une marche ? bizarre, il ne se rappelait pas qu'il y en avait une... - et manqua de s'étaler de tout son long contre le sol. Mais notre héros, fort de son expérience d'ivrogne, n'eut pas de mal à se redresser et à toiser les passants de façon fanfaronne... même si personne ne faisait attention à lui.
« C'est un grand jour, déclara-t-il à qui voulait l'entendre, aujourd'hui je vais me promener ! »
Encore une fois, personne ne le remarqua - un ivrogne gueulard, c'était banal, et même s'il était plutôt sobre à ce moment-là, ça ne changeait rien. Baptiste ne s'en offusqua pas, trop joyeux de voir que la mer ne tanguait pas. Mais c'était merveilleux ! pour une fois qu'elle était gentille avec lui et ne le rendait pas mal ! d'un autre côté il n'aurait presque rien vomi. D'un pas guilleret, il continua à s'avancer vers le port.

Elles allaient vers l'auberge ; mais comme lui en venait, il crut vraiment qu'elle allaient dans sa direction. Fier comme un paon, il s'arrêta juste devant elles, les bras levés en signe de triomphe. N'ayant pas conscience qu'elles allaient sans doute le prendre pour un fou, il annonça - ou plutôt hurla :
« Ah ! alors vous aussi, vous avez remarqué ? Je suis en pleine forme aujourd'hui, je vais accomplir des miracles ! »
Heureusement que j'ai dit "plutôt" sobre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Dim 31 Oct - 8:31

Lianna suivait Caprice, le sens de orientation ne faisait pas partie de ses (très) nombreuses qualités, on ne peut pas tout avoir. Lorsque Baptiste s'avança vers elles elle eut un léger temps d'arrêt, ce n'était pas le seul ivrogne de la rue, loin de là, mais c'était le seul à marcher, et qui plus est dans leur direction, voila qui ne plaisait guère à la jeune noble.
Quand il s'arrêta pour expliquer qu'il était en pleine forme et allait faire des miracles le temps d'arrêt se mua l'air de rien en un pas en arrière pour se placer derrière Caprice qui savait, sans nul doute, bien mieux gérer ce genre de situation qu'elle. La seule fois où Lianna avait vu un homme ivre c'était un palefrenier qu'elle connaissait depuis sa naissance (à elle hein je précise) et qui avait perdu sa femme, partie avec le régisseur, bien plus riche que lui ne le serait jamais. Il avait hurlé sur les hommes présents, puis se retrouvant seul, sur les chevaux quand la jeune fille, encore une enfant, intriguée par les cris, était allée voir ce qui se passait. Cachée derrière une meule de foin elle avait observé, tremblante, le palefrenier qui hurlait sa détresse à des chevaux que cette agressivité commençait à exciter et énerver. Puis il avait vomi dans un coin et s'était endormi à deux pas de là, laissant les chevaux se calmer. Le lendemain il avait présenté de piteuses excuses, les yeux rougis et le visage défait, à tous ceux qui voulaient l'entendre et n'avait plus jamais touché une goutte d'alcool.
Bref on en était où déjà ? Ah oui, Tortuga, ville de pirates et de crève-la-faim en tout genre et un ivrogne prêt à faire des miracles. Lianna s'était donc réfugiée derrière Caprice espérant que cette dernière saurait comment réagir. Oui, bon d'accord, ce n'était pas vraiment une attitude de pirate, mais pour devenir pirate encore faut-il être en vie...quoique certaines légendes démentaient manifestement cet adage plein de bon sens.
Muette et terrifiée, le bougre ne semblait pourtant pas dangereux avec son large sourire et ses cheveux ébouriffés et puis il n'était pas bien costaud il faut l'avouer, la donzelle tremblait tout en priant silencieusement.
Décidément venir à Tortuga était une erreur, une erreur qu'elle devrait assumer parce qu'elle n'avait absolument pas les moyens de rentrer chez elle, d'ailleurs elle n'avait plus de chez elle en fait, ne respectant rien les jeunes loups avaient pris le domaine familial malgré la mort de son père qui aurait du, censément, effacer ses dettes. Ils avaient laissé la jeune fille quasiment sans le sou et même si ses anciens domestiques, pris d'affection pour la douce Lianna, avaient proposé de l'héberger et de l'aider à trouver un métier elle avait préféré la voie de la vengeance. Le trajet en bateau avait eu raison de ses dernières économies, ou presque, elle avait à peine de quoi dormir et manger quelques nuits dans une auberge pas chère, ensuite elle se trouverait fort dépourvue. Lianna se maudissait d'avoir été si bête et était à deux doigts de promettre silencieusement à un Dieu en lequel elle croyait à peine que si elle survivait elle reviendrait à sa religion première et tenterait d'apprendre le pardon. Fort heureusement elle ne fit pas cette promesse qu'elle n'aurait pas pu tenir car elle regarda à cet instant le dos de Caprice et se sentit plus rassurée que par l'éventuelle présence là-haut d'un Dieu qui se soucierait d'elle, hypothèse hautement improbable tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Dim 31 Oct - 17:24

Enfin les deux jeunes filles étaient presque arrivées ! Elles allaient pouvoir se poser un peu et discuter un peu au calme. Et Lianna pourrait être un peu moins inquiète de savoir si elles étaient perdues ou si elles auraient un toit pour la nuit dans cette ville pleine de personnes peu recommandables. Car oui Caprice se souciait de cette personne qu'elle osait à peine nommer "amie" même juste dans sa tête.

Quand un stupide jeune homme bourré se dressa devant elles en criant quelques imbécilités, Caprice n'y prêta guère attention et s'apprêtait à contourner le crétin le considérant plus comme un imbécile fini et bien éméché que comme quelqu'un à redouter. A vrai dire la jeune fille était sûre qu'il suffirait qu'elle pousse l'homme du doigt pour qu'il s'écroule. Vraiment rien à craindre.

Mais Lianna se plaça soudain derrière Caprice, visiblement craintive. Ce fut ce geste qui arrêta les pas de la fière jeune fille : que cette nouvelle compagne qu'elle venait de rencontrer se repose ainsi sur elle en toute confiance l'avait tant étonné qu'elle avait stoppé net. De plus ce geste avait fait naître un étrange sentiment dans le cœur de Caprice. Etait-ce du bonheur ? Etait-elle émue ? Caprice n'ayant jamais eu personne qui se soit jamais reposée sur elle, personne de qui elle se soit jamais sentie proche et dont elle se soit attachée, la jeune fille ne savait comment comprendre ce sentiment qui lui donnait chaud au cœur.

Cependant la jeune fille peu habituée à de tels sentiments cacha son embarras en faisant face à l'homme e espérant très fort que son embarras ne se lirait pas sur son visage. De toute manière maintenant qu'elles étaient arrêtées, elles pouvaient difficilement repartir mine de rien. Caprice redressa la tête en demandant :
    "J'ai surtout remarqué que là vous êtes en plein sur notre chemin et qu'en l'occurrence nous aimerions passer. Alors si déjà vous pouviez accomplir le miracle de vous écarter sans tomber à terre ce qui me semble être déjà un grand exploit à accomplir pour une personne dans votre état, ce serait très aimable de votre part."

Eh oui il était toujours mauvais de faire confiance à Caprice pour un face à face de ce genre, car la jeune fille ne mâchait pas ses mots. A présent Lianna devait s'en mordre les doigts. A moins qu'elle ne soit déjà en train de chercher dans quel trou de souris elle allait pouvoir se mettre alors que Caprice se tenait toujours très droite devant l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Mer 10 Nov - 17:24

L'une d'entre elles se cacha derrière l'autre... ce qui fit que Baptiste l'oublia automatiquement. Il reporta son attention exclusive sur l'autre femme, la contemplant d'un air expert. Elle était jolie, c'était indéniable, mais n'avait rien d'une beauté fatale. Si elle avait le projet de se prostituer, mieux valait l'abandonner, selon lui : ses concurrentes étaient bien plus avantagées qu'elle. Enfin, d'après les critères de Baptiste, qui était assez superficiel concernant l'apparence féminine. En tout cas, elle eut au moins le courage de se tenir bien droite face à lui. Les enseignements de monsieur de la Sartine lui firent remarquer qu'elle était embarrassée, mais Baptiste n'enregistra pas l'observation et préféra l'ignorer. C'était beaucoup plus mignon si elle ne l'était pas.
« J'ai surtout remarqué que là vous êtes en plein sur notre chemin et qu'en l'occurrence nous aimerions passer. Alors si déjà vous pouviez accomplir le miracle de vous écarter sans tomber à terre ce qui me semble être déjà un grand exploit à accomplir pour une personne dans votre état, ce serait très aimable de votre part. »
Baptiste siffla avec admiration. Elle avait quand même la classe, cette femme ! En tout cas, il allait se faire un plaisir de lui obéir. Il s'écarta un instant sur le côté, avec une grâce dont ne devrait pas être capable un ivrogne mais que Baptiste, n'étant pas si saoul, pouvait obtenir. Mais avant qu'elles aient le temps de passer, il revint barrer leur passage. Et tout cela, sans tituber !
« Hé ! vous parlez bien, m'dame. Z'êtes riche, peut-être ? Si c'est le cas, on est fait pour s'entendre... »
Baptiste rigola tout seul à sa blague. Oui, car plaisanterie il y avait. Le jeune serveur n'était pas intéressé par l'argent, mais par la fête, l'alcool... les femmes. Enfin, quand elles sont belles de préférence, il n'en est jamais arrivé à en être réduit à en prendre une sans tenir compte de sa beauté. Il se calma, et décida de se présenter, en utilisant l'identité qu'il employait sur Tortuga.
« Aubrey Smith, mademoiselle. » : annonça-t-il en s'inclinant galamment.
Il se redressa, lui sourit intensément, avant de continuer :
« Alors, vous voyez m'dame ? J'ai fait ce que vous m'avez dit, je me suis écarté sans tomber à terre ! Quand je le dis, que je peux accomplir des miracles ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Sam 1 Jan - 10:53

Lianna se maudissait en silence pour sa lâcheté, sans pour autant sortir de derrière sa nouvelle amie et protectrice. Il lui faudrait apprendre à se battre, s'endurcir, devenir insensible à la peur, si elle voulait mener à bien sa vengeance, mais ce ne serait probablement pas aujourd'hui, ni demain si vous en croyez les mauvaises langues. Pâle comme un linge elle tremblait comme une feuille et aurait claqué des dents si elle n'avait craint que le bruit ne la trahisse...Du moins qu'il ne le fasse plus que sa robe qui dépassait clairement derrière celle de Caprice ou que son corps, mal dissimulé derrière celui, fluet malgré tout, de Caprice.
Elle était ridicule, elle le savait, le sentait, mais cela ne l'empêchait pas de se comporter comme l'enfant gâtée et peureuse qu'elle était encore. Décidément la vengeance était encore loin et l'Espagne, si rassurante, lui manquait cruellement.
L'homme en face d'elles ne semblait soudain plus si ivre et donc d'autant plus dangereux, Aubrey Smith, un patronyme étrange aux consonances anglaises sans doute, qui n'inspirait nullement confiance à l'arist...l'ancienne aristocrate, il allait falloir qu'elle se mette cette idée dans la tête, elle n'était plus ni riche ni puissante ni respectée, elle n'était qu'une jeune femme effrayée sur un port crasseux dans une ville perdue au milieu d'un océan dont elle avait oublié le nom, sur une terre dont elle ignorait totalement la nationalité, pour dire à quel point c'était dans un recoin ignoré du monde civilisé. Elle n'aurait pas été autrement étonnée de voir débarquer des cannibales à demi-nus dans ce semblant de ville faite de bric et de broc, surtout de broc d'ailleurs, la brique leur semblant étrangère.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   Sam 1 Jan - 11:36

Caprice poussa un soupir. L'homme était marrant quoiqu'un peu lourd sauf que ce n'était vraiment pas le moment de rigoler ; sa jeune amie semblait clairement effrayé et malgré l'attitude amicale de l'homme était apparemment clairement décidée à ne pas sortir de sa ... cachette si l'on pouvait se permettre de qualifier la maigre Caprice ainsi.

Quand l'homme lui demanda si elle était riche, la jeune fille ne broncha pas. Son maigre bagage, ses habits qui sans être horribles n'étaient pas tous neufs ... tout cela répondait à la question de l'homme mieux qu'elle n'aurait pu le faire en ouvrant la bouche. Après sa compagne derrière elle semblait plus fortunée au vu de ses habits mais personne ne ferait étalage de ses richesses à Tortuga et la jeune fille ne possédait elle aussi qu'un maigre paquetage qui laissait supposer un revers de fortune.

Caprice ne fit pas vraiment attention au nom qu'il donna ; il était fort probable qu'il fut faux. Non pas qu'elle pensât que tout le monde donnait un faux nom mais "Smith" c'était quand même gros.

L'homme tout fier se vanta de ses prouesses et un instant Caprice se demanda s'il ne pouvait pas accomplir un autre miracle comme par exemple lui trouver un bateau sur lequel on l'accepterait ... Mais évidemment la jeune fille ne lui demanda rien de la sorte ; soit il était un voleur qui tentait de les mettre en confiance avant de leur prendre le peu de ressources qu'elles avaient soit c'était réellement un gai luron ivre et alors lui parler de sujet sérieux serait bien inutile.

Mais au final pourquoi Caprice n'avançait pas maintenant que l'homme leur avait si obligeamment libéré le passage ? Eh bien tout simplement parce qu'alors Lianna aurait l'homme dans son dos et Caprice sentait bien que cela ne plairait pas à la jeune fille.

Caprice poussa un nouveau soupir, toutefois elle fit en sorte que ce soit discret.
    "Enchanté monsieur Smith, faiseur de miracles. Moi c'est Caprice."

Caprice n'avait pas du tout envie de s'étendre sur des présentations inutiles ; elle n'avait pas envie de s'attarder en compagnie de l'homme, aussi elle enchaina immédiatement ne laissant pas l'homme s'interroger sur son étrange prénom :
    "C'est bien une auberge que je vois derrière vous ? Peut-être pourriez-vous nous y accompagner ; ne connaissant pas encore les lieux j'ai des scrupules à faire entrer deux femmes seules dans ses lieux où les hommes souvent sont rois ..."

Caprice se tenait très fière, l'air de n'avoir peur de rien ce qui contre-disait un peu sa demande. Seule la jeune fille n'aurait jamais fait une telle demande ; une escorte ? Et puis quoi encore ? Mais elle n'était pas seule et pour consoler sa fierté, elle se rappelait que c'était juste pour ne pas mettre Lianna dans l'embarras qu'elle faisait cela.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand on débarque avec la seule envie de repartir en mer [ouvert à qui veut]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cap à l'Ouest ! :: Terre ! Terre en vue ! :: Tortuga de Mar :: Le port-